Le 31 janvier 2020, le Royaume-Uni a quitté l’Union européenne (UE). Nous venons de perdre un membre de notre famille. Ce retrait du Royaume-Uni fut un moment triste pour nous, pour les citoyens européens – mais aussi pour de nombreux citoyens britanniques. Nous avons néanmoins toujours respecté la décision souveraine de 52% de l’électorat du Royaume-Uni; et nous nous tournons à présent vers l’ouverture d’un nouveau chapitre dans nos relations. Outre la dimension émotionnelle de ce départ, le 1er février a marqué l’histoire, mais sans dramatisation. Ceci notamment grâce à l’accord de retrait négocié avec le gouvernement britannique qui nous a permis de nous assurer d’un «Brexit ordonné». Un accord qui – au moins à court terme – minimise les impacts directs de ce retrait pour nos citoyens, nos entreprises, nos administrations publiques – ainsi que pour nos partenaires internationaux.

Lire aussi notre entretien avec Nicola Sturgeon, première ministre écossaise: Nicola Sturgeon: «La seule voie pour que l’Ecosse revienne au cœur de l’Europe passe par l’indépendance»