Au Brésil, les choses commencent, comme très souvent, par une ode au Tout-Puissant: «Tout d’abord, je veux remercier Dieu», a dit le revenant Luiz Inacio Lula da Silva, cité par le Correio braziliense, qu’a lu Courrier international. «Ce n’est pas une victoire pour moi, ni pour le PT [le Parti des travailleurs, en portugais le Partido dos Trabalhadores, le sien] ni pour les partis qui m’ont soutenu dans cette campagne, la victoire appartient au peuple brésilien.»