Un beau matin, dans les colonnes du Temps (4 janvier 2011), Roger de Weck s’est mis à parler des Lumières, avec un grand L, sans doute celles de Diderot et Voltaire, et il a tellement répété ce mot incantatoire qu’en lieu et place des Lumières, c’est un sautillement de cabris qui s’est pressé à nos yeux. Les cabris du général de Gaulle, quand il parlait de l’Europe. Amusant hasard, le nouveau patron de la SSR se trouve être un partisan acharné de l’entrée de la Suisse dans l’Union européenne: l’Europe, les Lumières, à quoi s’ajoute une dévotion liturgique aux mots «service public», balancés dans le discours comme vertu d’Evangile, arche sainte, inattaquable. Munie de tous les pouvoirs: vous murmurez «service public», et voilà les écrouelles touchées, le mal répudié. Il est vraiment très fort, Roger de Weck. Un magicien.

Une page entière du Temps, mardi dernier, pour dessiner, au compas et à l’équerre, une vision théorique, métallique, désincarnée, du monde des médias en Suisse. Manichéenne, aussi, tant suinte, sous la plume de l’admirateur des Lumières, la haine de tout ce qui viendrait du privé, la diabolisation de la publicité, le sentiment d’arrogance et de supériorité du Mammouth dûment engraissé par la redevance, face à la fragile constellation des petits, moins gâtés, devant infiniment plus se battre pour survivre. Venant d’un homme qui a dirigé des journaux aussi prestigieux que Die Zeit ou le Tages-Anzeiger, dont je ne sache pas qu’ils fussent issus de fonds publics, on appréciera l’opportune souplesse de la reconversion, tout chemin de Damas ayant son épisode de «Lumière», ça se tient.

Citées cinq fois dans la seule première colonne, les Lumières nous éblouissent à toutes les sauces: elles seraient non seulement à l’origine du débat démocratique, mais même à celle de la satire! Laquelle, c’est bien connu, n’existait ni dans l’Antiquité, ni au Moyen Age, ni à l’époque de Molière, qui a commis l’imprudence de naître un siècle trop tôt. Proposer, dans le même texte, l’apologie de la satire et celle de «la force tranquille des bons arguments», nous promet de passionnants débats, sous le règne éclairé de M. de Weck, sur la définition du bon argument, ce qui relève du bon goût et de l’outrecuidance, ce qui profile la ligne jaune dans la géométrie du bien penser. En démolissant, la semaine dernière, au micro de mon confrère Simon Matthey-Doret, le matin à la RSR, MM. Sarkozy et Berlusconi, en estimant heureux que la Hongrie soit dans l’Union européenne, le nouveau patron de la SSR a d’ailleurs inventé un nouveau concept, rafraîchissant, de la part du premier commis d’une radiotélévision d’Etat: celui de neutralité pour le moins engagée.

En clair, le texte de Roger de Weck inspire une inquiétude majeure: celle que, sous couvert de bons sentiments, jetés sur le chemin comme autant de vertus théologales, sous couvert d’objectivité, le service dit «public», en Suisse, soit sournoisement pris en otage par une idéologie comme une autre. On connaît le profil politique du nouveau patron de la SSR, sa dévotion à l’Union européenne, son mépris envers le parti choisi par les Suisses comme premier aux dernières élections fédérales, toutes choses qui relèvent de son droit le plus absolu comme citoyen, mais qui ne sont pas trop censées se ressentir dans l’exercice de ses fonctions. Ainsi, ce combat contre la «polarisation» dans les débats: mais enfin, M. de Weck, si la Suisse est appelée, dans les vingt ans qui viennent, à se polariser, et peut-être le centre droit à doucement s’estomper, au nom de quoi la SSR devrait-elle se parer, unilatéralement, de la mission de contrer cette réalité politique? Exemple: la soupe qu’on est en train de faire d’Arena, à Zurich, en vérité pour diminuer le pouvoir d’influence d’un parti jugé (par qui, et de quel droit?) plus digne de la nuit que de la Lumière.

Pour le reste, la Sainte Ecriture de M. de Weck reprend l’étrange dogme de la SSR seule capable, en Suisse, de proposer des services de qualité. Je suppose que cet homme de culture lit tous les jours Le Temps ou la NZZ, ce que je fais en tout cas pour ma part, et ces journaux, financés par le seul secteur privé, m’en apprennent au moins autant, sur la politique, l’économie, la culture, en Suisse, que bien des émissions de la SSR. Et tiens, nous nous réjouissons que l’homme des Lumières nous explique en quoi la diffusion de séries américaines, par exemple sur la TSR, doit provenir d’un organe financé par la redevance. Quant aux stations de radio et de TV privées, que manifestement M. de Weck ne connaît pas, je vous invite quand vous voudrez à comparer leur coût horaire (par exemple dans les émissions d’informations et de débats) avec ceux du Mammouth.

A lire le nouveau patron de la SSR, on demeure confondu par la somme d’énergie n’ayant au fond pour dessein, à l’instar de certaines constructions de Tinguely, que de sauver la raison d’être de la machine elle-même. Non ce qu’elle produit, mais l’outil en soi. Face à ce manifeste de survie, que doivent faire les médias privés, radio, TV, et (très bientôt!) sites internet multimédias? Réponse: se battre. Montrer qu’ils peuvent faire aussi bien avec infiniment moins. Etre les meilleurs dans l’information de proximité, les débats citoyens, mais aussi la promotion de la culture, la vie sportive, associative. Et surtout, continuer de travailler dans la joie et l’enthousiasme, à quelques milliers de lieues marines des appareils et de leurs lourdeurs. La seule preuve, au fond, dans ce métier, est la preuve par l’acte. Aux grands desseins théoriques, ceux du compas et de l’équerre, il n’est pas vain d’opposer l’infatigable labeur de la fourmi. Loin des Lumières. Mais dans l’éblouissante obscurité de son artisanat. A jamais recommencé.

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.