Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
MacDonald déclenche la polémique avec l’ouverture d’un nouveau fast-food près du Vatican.
© Anadolu Agency

Revue de presse

MacDonald trouble la quiétude du Vatican

Un nouveau Mac Do aux portes de la place Saint-Pierre enflamme des cardinaux qui ne sont pas d'accord entre eux

Le Vatican, c’est comme Buckingham, l’Elysée, la Maison-Blanche, le Kremlin ou la Maison de Watteville: leurs coulisses nous passionnent, leurs avanies nous fascinent, leurs anecdotes nous galvanisent ou nous consternent.

La terre entière, de La Repubblica au Monde, de Spoutnik («McVatican: les évêques peuvent maintenant casser la croûte chez McDo») au Chicago Tribune et de Focsur au Spiegel sait ainsi en ce début d’année, qu’à deux pas du Vatican précisément, à deux pas de la place Saint-Pierre, horresco referens, un MacDonald est venu troubler la paix confessionnelle.

Le Monde résume et met en perspective: «A Rome comme à Florence, McDonald’s ne cesse d’énerver les Italiens. L’ouverture d’un nouveau McDo à une centaine de mètres du Vatican s’est faite en toute discrétion avant le Nouvel An.»

Bon, pour la discrétion, c’est un peu râpé, vu l’écho que se paie l’information. Le Monde raconte: «Il a ouvert le 30 décembre, sans aucune cérémonie, le plus discrètement possible, au coin de Borgo Pio et de la via del Mascherino, dans le district de Pio Borgo, à Rome.»

C’est le Vatican qui a autorisé

Pour constater ensuite: «Le dernier McDonald’s en date de la Ville éternelle allait pourtant forcément faire parler de lui. D’abord, parce qu’il a ouvert à une centaine de mètres d’une entrée de la cité du Vatican et de la place Saint-Pierre, un télescopage symbolique du capitalisme, de la malbouffe et de la religion ne pouvant pas laisser indifférent. Mais surtout parce que les locaux de 580 mètres carrés utilisés par la multinationale américaine sont loués par l’administration du patrimoine du siège apostolique (APSA), qui gère l’immobilier du Vatican, où de nombreux cardinaux habitent.»

Un cardinal pas content du tout

Le décor ainsi planté, poursuivons avec le Spiegel qui rappelle que la simple planification de ce MacDonald avait déjà donné lieu, avant même qu’il n’ouvre, à des débats que l’on qualifiera d’homériques: «Les protestations des habitants et des cardinaux n’ont pas été entendues», se dépite le titre qui cite les diatribes du cardinal Elio Sgreccia pour qui la décision est anormale et ne respecte même en rien les traditions architectoniques et urbaines du lieu. Des protestations d’autant plus enflammées (dont le quotidien italien La Repubblica s’était déjà fait l’écho en octobre) si l’on songe, poursuit le Spiegel, que dans l’immeuble et ceux attenants vivent le préfet pour la congrégation de la foi, et même, en son temps Joseph Ratzinger avant qu’il ne devînt Benoît XVI.

Un cardinal ravi comme tout

Mais les affaires sont les affaires et le Spiegel de rappeler que c’est un autre cardinal, celui responsable de l’immobilier du Vatican, Domenico Calcagno, qui a donné sa bénédiction à la nouvelle implantation.

En voiture pour le Sweety con Nutella!

Une nouvelle implantation à laquelle, s’il faut en croire le Washington Post, sous la plume experte de Abha Bhattarai, il ne manque aucun des agréments de la vie contemporaine: «Selon le site de Macdonald’s Italy, le nouveau local offre le wi-fi, organise des anniversaires et sert le Sweety, un burger rempli de Nutella».

Le grand quotidien américain, connu pour ses implacables investigations nous offrant même une belle grande photo de ce Sweety con Nutella qui pique notre curiosité. Abha Bhattarai conclut enfin que MacDonald n’est de loin pas la seule entreprise américaine à se pousser le col auprès du Vatican: le pape François roule en Ford Focus et un Hard Rock Café s’est ouvert en lieu et place d’une librairie religieuse. Qui était tenue par des Salésiens, ajoute même l’Agence de presse catholique allemande. C’est Donald Trump qui va être content…

Il n’en demeure pas moins, c’est le New York Times qui le titre, citant le bon Cardinal Elio Sgreccia (toujours lui): «C’est une disgrâce.» Et le Corriere della Sera de fermer la marche: «Les protestations ne cessent pas.»

Mais résisteront-elles vraiment au charme ensorceleur du Sweety con Nutella? Affaire à suivre!

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)