Emmanuel Macron dans sa «Lettre aux Français» du mois de janvier: «Mais l’impôt, lorsqu’il est trop élevé, prive notre économie des ressources qui pourraient utilement s’investir dans les entreprises, créant ainsi de l’emploi et de la croissance.» Ces mots présentent le premier sujet soumis au «grand débat national» auquel le président invite ses concitoyens (et concitoyennes?): «Nos impôts, nos dépenses et l’action publique».