«Les jeux sont faits, rien ne va plus!» Le sort du peuple afghan dépend désormais d’une roulette. Après presque vingt ans de guerre et d’efforts sans précédent, les Américains et leurs alliés de l’OTAN vont quitter l’Afghanistan, ce bourbier qui a enseveli tant de puissances étrangères. Le bilan est effarant! Il semble que trois mille milliards de dollars de dépenses civiles et militaires, environ 8000 morts dont 2500 hommes et femmes en armes et 4000 prestataires américains, et presque 40 000 blessés dont 21 000 Américains couronnent la plus longue guerre des Etats-Unis. De plus, au moins 55 000 civils et 110 000 militaires et policiers afghans ont péri et des centaines de milliers de civils seraient morts, mutilés, et blessés, sans parler des pertes subies par des groupes terroristes depuis l’intervention de l’Occident!

Après les attentats du 11 septembre 2001, George W. Bush décida d’envahir ce pays, de capturer Oussama ben Laden et d’autres dirigeants d’Al-Qaida, de chasser les terroristes et d’établir des bases de surveillance pour le contrôle de l’Asie centrale et du Sud-Ouest. Les Accords de Bonn, concoctés par Washington, tracèrent le cadre d’attribution du pouvoir parmi «les commerçants politiques afghans» sans répondre aux causes principales des conflits à répétition. L’incompétence de l’équipe dirigeante et son manque de vision pour l’Afghanistan ont été époustouflants. Mais les décideurs de la Maison-Blanche semblaient sûrs de leur choix. La présence des troupes étrangères a culminé avec 150 000 hommes dotés de moyens conventionnels sans précédent.