En 1991, les Documents diplomatiques suisses (DDS), vaste entreprise historique, publient leur volume XIII qui porte sur la période 1939-1940. Lors de la conférence de presse convoquée pour l’occasion, un seul journaliste se pointe: François Gross, pour La Liberté. Jean-François Bergier et Marc Perrenoud, les deux historiens responsables de ce volume, devisent ensuite au bistrot: «Il y a pourtant quelques faits dans ces documents qui méritent une plus grande attention du public et de quoi susciter des recherches.» L’anecdote était évoquée vendredi au Musée d’art et d’histoire de Neuchâtel par Marc Perrenoud à l’occasion d’une soirée en son honneur pour son départ à la retraite.