Opinion

Quand la masculinité toxique menace le monde, c’est aux femmes d’y mettre un terme

OPINION. Pour la cause Egalité du «Temps», la directrice de l’ICAN et Prix Nobel Beatrice Fihn a rédigé un texte dénonçant le lien entre l’affirmation masculine et les armes de destruction massive

Quand je dis que les armes nucléaires sont un enjeu féministe, les gens me disent souvent qu’ils ne voient pas le rapport. Or les armes nucléaires sont des instruments d’inégalité et de pouvoir aux mains du patriarcat oppressif. Ces armes frappent hommes et femmes sans discernement, mais il en va autrement de leur impact. En effet, les femmes et les filles ont porté de manière démesurée le poids des tests et des attaques nucléaires.

Le fardeau de la guerre

Par exemple, les femmes d’Hiroshima et de Nagasaki risquent deux fois plus de développer et de mourir d’un cancer à cause de l’exposition aux rayonnements ionisants, selon des études. Les femmes ont davantage de risques d’accoucher d’enfants mort-nés ou avec des malformations, ce qui accroît du même coup la mortalité maternelle. De solides découvertes en provenance de Tchernobyl montrent que les enfants y ont un plus fort risque de cancer dû aux retombées radioactives, et que les filles ont infiniment plus de chances de développer un cancer de la thyroïde que les garçons.

On voit là les dangers directs encourus par les femmes et les filles en cas de guerre nucléaire. Mais nous savons bien, au vu des conflits passés et actuels, que celles-ci portent le fardeau de la guerre et de l’instabilité avec un risque accru d’exploitation et de violence sexuelle, des phénomènes qui marchent main dans la main avec l’exode forcé et l’effondrement des institutions.

«Nous ne sommes pas des eunuques»

L’existence de l’humanité est constamment menacée par la masculinité toxique et son besoin d’exercer sa puissance. Quand Barack Obama parlait d’un monde débarrassé du nucléaire, il fut accusé de «castrer» la nation. Après l’essai nucléaire indien de 1998, un chef nationaliste hindou déclarait: «Nous avions à prouver que nous ne sommes pas des eunuques.» Les hommes continuent de voir les armes nucléaires comme une marque de pouvoir et ne font que prendre des mesures pour limiter l’accès au club des puissances nucléaires.

Tandis que les hommes en sont toujours à discuter de comment limiter les armes nucléaires, nous autres refusons avec véhémence ces armes dont le seul but est de massacrer des civils. Le rôle des femmes dans le désarmement nucléaire – des armes créées par les hommes pour rendre les conflits perpétuels et infliger des souffrances humaines – va plus loin qu’un simple appel pour une justice sociale. C’est un cri d’alarme issu du besoin vital de survie. Et cet appel n’a jamais été aussi puissant.

Les femmes ont toujours été au front pour réparer les dégâts considérables causés par les structures patriarcales à but militaire

Les femmes ont toujours été au front pour réparer les dégâts considérables causés par les structures patriarcales à but militaire. Comment? En organisant et en menant des mouvements issus de la société civile qui ont jeté les bases du droit humanitaire pour protéger les civils de la destruction aveugle de la guerre.

C’est un privilège et un honneur pour moi de mener une campagne lancée par des femmes, en travaillant aux côtés de brillantes activistes, docteures, juristes et scientifiques qui unissent leurs forces pour voir advenir le jour où ces armes ne seront plus une menace pour nos vies. Notre travail s’appuie sur les efforts d’innombrables femmes dans le monde qui ont courageusement dénoncé l’emploi des armes nucléaires depuis ses débuts: les survivantes des dévastations de la Seconde Guerre mondiale, et les myriades de militantes qui ont appelé, pendant les décennies qui ont suivi, à l’élimination des armes nucléaires. Mais nous suivons aussi les traces des femmes qui ont été à l’origine de l’interdiction des armes chimiques et biologiques, des mines antipersonnel et des armes à fragmentation. Nous avons appris d’elles, employé le savoir qu’elles ont construit et bâti le nôtre entre-temps.

La grande tromperie de l’ère nucléaire

Le 7 juillet 2017, les Nations unies ont signé le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires, après des négociations ardues menées par des lobbyistes et diplomates femmes, dont l’expertise a été cruciale pour parachever cette indispensable bouée de sauvetage du droit international. Ce document trace un chemin clair pour débarrasser le monde des armes nucléaires en rendant leur usage et finalement leur existence illégaux, libérant l’humanité du spectre de sa destruction massive.

La sécurité internationale fondée sur la peur n’est plus acceptable. La grande tromperie de l’ère nucléaire consistait à nous persuader que nous n’avions aucun pouvoir, aucune institution dès que surgit la menace des armes nucléaires. Pendant que les pays qui possèdent l’arme nucléaire captent l’attention avec la rhétorique irresponsable de qui a le plus gros arsenal, une nouvelle génération de militantes braque les projecteurs sur la réalité des armes nucléaires.

Au final, elles parviennent à faire dériver la discussion de ces armes en tant qu’outil du pouvoir masculin, en montrant ce qu’elles sont vraiment: l’expression ultime de l’autodestruction masculine qui pourrait bien tous nous emporter. Heureusement, cette génération de femmes activistes a un plan pour nous sauver toutes et tous.

Publicité