Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le Cervin, vu depuis Saint-Luc, en hiver.
© Abritel.fr

L’art du départ (4/7)

La même chose, mais en différent, quand on part l’été…

Quand on part, on pense «où» et «quand», plus rarement «comment». Chaque mardi, notre chroniqueuse s’arrête sur la manière de faire

Quand on part l’été, on peut soit retrouver un endroit qu’on connaît déjà – l’appartement à la mer de grand-maman ou le mas provençal loué depuis vingt ans – soit tenter l’inconnu. A priori, la seconde option offre plus de sensations et de dépaysement. Logique. Mais la première peut aussi dérouter. Vraiment. Question d’activités et, surtout, de participants.

Mes virées à Saint-Luc (VS), par exemple. Une chère amie que je vois trop peu durant l’année m’invite chaque été à passer quelques jours dans son chalet familial. Une merveille de confort rustique avec vue sur le Cervin. La semaine dernière, j’y étais pour la troisième fois et cette parenthèse sur les hauteurs a eu encore une autre saveur. La raison? On est passées du duo au clan. Et, disons qu’en matière de turbulences et de chaleur, rien ne vaut un clan valaisan! Les repas prennent des allures de festin alpin, comme si Guédiguian avait troqué la Canebière pour les mélèzes et le mayen. Tellement bien!

Pareil pour les activités. Les deux dernières fois, en duo, puis en trio féminins, on avait marché (un peu), bu (beaucoup) et parlé (énormément). Là, à plusieurs, on a visé une balade d’une heure, style un aller-retour à l’hôtel Weisshorn, et on a terminé avec une marche forcée de cinq heures, parce que des cœurs vaillants ont voulu rejoindre la cabane Bella-Tola, via le lac de Combavert. Soit une longue traversée improvisée, sinon erratique, à flanc de pâturages et de pierriers… Outch, les pieds! Forcément, plus on est, plus on rit, mais aussi plus les envies sont variées. C’est la magie de la collectivité.

La recette de ce même différent? Ne pas essayer de reproduire un scénario gagnant. Cela dit, l’été prochain, je me vois très bien rejouer la première version: vider une bouteille de cornalin à deux sur le balcon en se disant tout et en regardant la nuit envelopper le Cervin.


Chroniques précédentes:

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)