Cet été, notre chroniqueuse part à la rencontre de ces Romands et Romandes fans d'artistes d'un autre temps. Une adoration anachronique aussi surprenante que révélatrice d'histoires de vie

Il y a les aficionados de K-pop, du Barça, les fans de mangas. Et puis celles et ceux dont l’idole a disparu il y a des décennies déjà – parfois même avant leur naissance. Des groupies anachroniques, en somme. A qui j’ai demandé, au fil de l’été, de me raconter leurs fantômes et leurs adorations joliment démodées.