Les pays européens, dont la Suisse, ont annoncé l’état d’urgence dans les circonstances de la propagation rapide du Covid-19, une crise commune à laquelle le monde entier fait face. On peut constater historiquement que personne ne peut être épargné par des fléaux tels que la guerre, la maladie ou encore les phénomènes naturels. Seules une solidarité absolue et une coopération conjointe permettront de nous sortir de telles circonstances.

Les moyens mis en place en Chine pour contrôler l’épidémie ont permis d’améliorer la situation de manière continue. La production et la vie quotidienne reviennent graduellement à la normale après une cinquantaine de jours de combat acharné via l’adoption de mesures rigoureuses, complètes et poussées depuis le début de l’épidémie grâce à un pouvoir décisionnel centralisé, une planification scientifique et médicale, une prévention ciblée, une mobilisation totale et l’adhésion de la population. Ces efforts consentis par la Chine et sa population ont permis au monde de gagner du temps. Cette expérience accumulée permet également à la Chine d’apporter une importante contribution dans le soutien aux autres pays. C’est ainsi que les dirigeants de plus de 160 pays et d’organisations internationales, y compris la présidente de la Confédération suisse, Mme Simonetta Sommaruga, ont exprimé leur soutien en la matière. De nombreux pays, régions et organisations internationales ont fait des dons importants de matériel médical à la Chine. L’OMS et certains pays ont activement coopéré et échangé des informations avec la Chine. Comme du charbon dans la neige, leur soutien et leur aide ont permis à la Chine de mieux lutter contre l’épidémie sur le plan technique, matériel et psychologique.

La production reprend en Chine

Le travail et la production reprennent en Chine, parallèlement à la lutte contre le virus. La Chine accélère la fabrication du matériel nécessaire à combattre l’épidémie afin de tenter de rétablir la stabilité dans l’approvisionnement mondial et restaurer la confiance et réanimer l’économie mondiale. La Chine participe ainsi activement à la collaboration internationale contre la propagation du virus de par son attitude ouverte, transparente et responsable depuis le début de l’épidémie. Elle partage sans réserve avec la communauté internationale ses expériences dans la lutte contre l’épidémie. De même, la Chine a fait un don à hauteur de 20 millions de dollars à l’OMS pour aider les pays en voie de développement dans leurs capacités à affronter l’épidémie. Elle a également tenu des visioconférences avec les experts de nombreux pays dans le but de les aider pour résister face à la propagation de l’épidémie, notamment par l’envoi d’équipes d’experts de la santé, des kits de test et du matériel médical. La Chine est devenue maintenant un modèle dans la lutte globale contre l’épidémie par ses actions réelles, dont la communauté internationale fait l’éloge.

La Chine participe ainsi activement à la collaboration internationale contre la propagation du virus de par son attitude ouverte, transparente et responsable depuis le début de l’épidémie

Le virus ne connaît aucune frontière. Ce n’est que par une réponse collective et une réaction unie que le monde pourra le vaincre et défendre le noyau commun qu’est l’humanité. Il est primordial d’accorder un soutien sans conteste au multilatéralisme et à l’OMS dans son rôle crucial de meneur et de coordinateur, et renforcer une coopération coordonnée dans le cadre des Nations unies et du G20 dans un but de prévention et de contrôle conjoints, de renforcement de la coordination internationale des politiques macroéconomiques et dans l’optique de soutenir les pays en voie de développement et les autres pays dans le besoin, pour développer les capacités de coopération de sorte à réduire au maximum les effets négatifs qu’entraîne l’épidémie sur l’économie mondiale.

Communauté sanitaire pour l’humanité

Ensuite, la construction collective d’une communauté sanitaire pour l’humanité. Toutes les parties concernées ainsi que les gouvernements, les sociétés civiles, les entreprises, etc., doivent conjuguer leurs savoir-faire et leurs efforts dans le but de coopérer de bonne foi notamment dans les domaines suivants: le partage des informations épidémiologiques, la communication des expériences dans la prévention, le contrôle et le traitement de la maladie et les échanges sur des fruits des recherches cliniques, outre l’approvisionnement de matériel médical, dans le but commun de perfectionner la gestion sanitaire mondiale et de construire ensemble le rempart de la santé mondiale.

Enfin, le renforcement de la solidarité et la lutte contre la stigmatisation. La stigmatisation ne sert pas à la prévention et au contrôle des maladies. Les grands pays en particulier doivent assumer leurs responsabilités, combattre la discrimination raciale, les sentiments xénophobes et la mentalité de confrontation, éviter de politiser les questions de santé publique et se protéger contre les virus informatiques et les fausses nouvelles politiques afin de contribuer à l’énergie positive et à la lutte internationale contre la pandémie.

Comme mentionné par le président chinois Xi Jinping lors du sommet extraordinaire des dirigeants du G20, il est impératif pour la communauté internationale de renforcer la confiance, d’agir de manière unie et de travailler ensemble par une réponse collective à l’épidémie de Covid-19. Il est aussi important de faire avancer au maximum la coopération internationale et former une meilleure synergie pour que l’humanité unie gagne la bataille contre cette maladie infectieuse majeure. Toujours guidée par la vision de construire une communauté de destin pour l’humanité, la Chine continuera à coopérer, et encore plus, avec la communauté internationale dans la lutte contre l’épidémie, pour répondre ensemble à la crise et aux défis communs et défendre la sécurité de la santé publique au niveau mondial.


Retrouvez nos principaux articles consacrés à la crise du coronavirus

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.