Digitale attitude

Des messages d’avertissement sur ces objets connectés qui mettent en danger notre vie privée?

Un expert en informatique, Troy Hunt, suggère qu’on leur applique la même logique que sur les paquets de cigarettes, par exemple

Afin d’attirer l’attention sur les risques de sécurité liés aux objets connectés dans nos foyers (appareils ménagers, thermostats commandés à distance, jouets interactifs, etc.), Troy Hunt, expert en informatique, a imaginé des messages d’avertissement qui seraient imprimés sur les emballages de tous ces appareils, pour sensibiliser le consommateur.

Pour les croquettes du chien, par exemple…

Les étiquettes de Hunt, inspirées des textes et graphiques chocs des paquets de cigarettes, sont composées avec une typographie géante sur un fond contrasté. Elles informent clairement le consommateur des conséquences d’une faille de sécurité. Par exemple, pour un distributeur automatique de croquettes pour chiens, le message serait: «Vous reconnaissez et acceptez que la survie de votre animal de compagnie dépende de la fiabilité de votre connexion internet et de la disponibilité de nos services en ligne»… Et pour un lave-linge: «Vous reconnaissez et acceptez d’être responsable de maintenir et de corriger les failles détectées dans le serveur de votre machine.»

Personne ne lit ça

La démarche de Hunt consiste en un mouvement d’humeur après qu’il a appris que le procès du fabricant de jeux éducatifs pour enfants VTech s’était soldé par un non-lieu. Pas responsable, donc, cette entreprise, d’avoir mal protégé les données de plus de 6 millions d’enfants qui ont été piratées. Les raisons évoquées? Personne n’avait subi de dommages en raison de la brèche, et les risques encourus étaient expliqués dans les conditions d’utilisation. Des pages écrites en général en un caractère microscopique, que personne ne lit.

Vivre avec le risque…

Pour Hunt, «lorsque des entreprises comme VTech, Xerox ou Mattel, parmi d’innombrables autres, ne semblent pas se soucier de la sécurité des données des utilisateurs, nous devons supposer que chaque objet connecté met en danger notre vie privée. Ces étiquettes rappellent que nous vivons toujours avec le risque.»

Les hackers étendent de plus en plus leur champ d’action autour de nous. Rappelez-vous l’histoire de ces parents américains qui, en 2013, avaient entendu dans le baby phone de la chambre de leur fille la voix d’un homme qui proférait des insultes à son égard. Il l’avait même appelée par son prénom, écrit en toutes lettres sur le mur de sa chambre… et détecté par le biais de la caméra.


Chronique précédente

Un assistant virtuel pour les enfants mis au placard

Publicité