Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Manifestation syndicale. Zurich, juin 2018.
© Arnd Wiegman/Reuters ©

Opinion

Mesures d’accompagnement: des droits, pas des murs

OPINION. Le monde syndical est favorable à la libre circulation des personnes favorisée par l’espace européen, rappelle Vania Alleva, présidente d’Unia. Pour autant que cela ne profite pas qu’aux entrepreneurs

Les syndicats défendent les intérêts des salarié-e-s contre la course au profit des entreprises. Au cours de ses plus de 150 ans d’existence, le mouvement syndical a fait maintes fois la douloureuse expérience d’une stratégie de repli protectionniste vouée à l’échec.

En Suisse, dans les décennies qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, la division raciste de la main-d’œuvre et la paix du travail corporatiste qui en a résulté ont conduit à une débâcle sociale. Un nombre croissant de saisonniers contingentés, pratiquement sans droits et donc bon marché, de sans-papiers et de travailleurs au noir ont contribué avec leurs conditions de travail et de vie misérables à la croissance et aux profits des entreprises.

Les conséquences ont été dévastatrices pour les travailleurs discriminés de cette «Suisse des baraques». Mais les travailleurs «indigènes» apparemment privilégiés ont aussi payé un lourd tribut à cette division. Dans les années 1980, après la fin de la haute conjoncture, ils ne pouvaient guère se défendre contre la pression croissante sur les salaires et sur la flexibilisation dans un nombre toujours plus important de branches et de métiers.

En même temps

Les syndicats suisses ont tiré les leçons de cette expérience. Depuis le début des années 1990, ils se sont systématiquement engagés contre les discriminations liées au statut de séjour et pour les mêmes droits pour les travailleurs immigrés. Ce changement de paradigme – des contingents imposés par la police des étrangers à l’égalité des droits – imprègne depuis lors les rapports avec l’UE: les murs mènent à une impasse sociale, «le repli» n’est pas une solution. C’est pourquoi nous, les syndicats, avons contribué de manière décisive à la libre circulation des personnes avec l’UE, ce que le peuple a confirmé à plusieurs reprises en votation populaire.

Nous menons cette lutte non pas contre l’Europe, mais aux côtés de nos syndicats frères européens

Pour nous, les syndicats – en Suisse, mais aussi dans toute l’Europe – une chose reste sûre: la liberté de mouvement des salarié-e-s ne doit pas être exploitée par les entreprises pour intensifier la concurrence sur le marché du travail et ainsi détériorer les salaires et les conditions de travail. La libre circulation des personnes est un droit fondamental. Mais elle n’est possible que si les droits des salarié-e-s sont en même temps renforcés et leurs salaires et conditions de travail efficacement protégés. En dépendent non seulement la libre circulation des personnes en Suisse, mais aussi l’ensemble du projet européen. Car la pression sur les salaires et l’incertitude sont faciles à exploiter pour attiser les sentiments xénophobes et donc apporter de l’eau au moulin des ennemis nationalistes de l’Europe.

Pas de traitement de faveur

Les mesures d’accompagnement garantissent l’application d’un salaire égal pour un travail égal au même endroit. Pour y parvenir, il est fondamental d’avoir un système de contrôle et de prévention efficace permettant notamment de prononcer des sanctions en cas de non-respect de la législation sur le travail et des conventions collectives.

C’est dans ce contexte que s’inscrit le débat actuel sur l’accord-cadre avec l’UE: faut-il assouplir le système de contrôle existant qui protège les droits des salarié-e-s contre le dumping et assure donc des conditions équitables, mettant aussi sur un pied d’égalité les employeurs sérieux? C’est ce que souhaitent manifestement les conseillers fédéraux PLR en exercice et dans tous les cas l’UDC avec son initiative de résiliation de la libre circulation des personnes.

Les syndicats exigent au contraire que le dispositif de protection pour l’application des droits des salarié-e-s soit renforcé pour faire face aux nouveaux défis. Non seulement en Suisse, mais aussi dans l’UE. Il ne s’agit en aucun cas d’un traitement de faveur pour la Suisse. Nous menons cette lutte non pas contre l’Europe, mais aux côtés de nos syndicats frères européens et de toutes les forces sociales qui œuvrent en faveur des droits des salarié-e-s et contre la discrimination salariale et les rapports de travail précaires.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)