Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Les Genevois sont appelés aux urnes le dimanche 15 avril et le dimanche 6 mai pour élire les membres du Grand Conseil et du Conseil d’Etat.
© MARTIAL TREZZINI / Keystone

Éditorial

Mettre fin à l’aventurisme genevois

ÉDITORIAL. Plusieurs députés demandent ce dimanche aux électeurs de leur confier un nouveau mandat. Au vu de la législature qui se termine, nous encourageons ces candidats à faire preuve de modestie, et les électeurs à faire des choix clairs

Les députés genevois, tous partis confondus, ne sont pas les derniers à se plaindre du Conseil d’Etat. Nul besoin de les forcer pour qu’ils mettent le goût d’inachevé que laisse cette législature sur le dos d’un gouvernement apathique. Alors que plusieurs d’entre eux demandent ce dimanche aux électeurs de leur confier un nouveau mandat, on ne saurait trop les encourager à faire preuve de beaucoup de modestie.

Les 26 et 27 avril, les cent élus se réuniront pour la dernière fois. Cette séance plénière sera le symbole de l’échec patent du travail parlementaire de ces quatre dernières années. Avant de se dire adieu, les députés auront en effet à traiter dans l’urgence de plusieurs dossiers qui engagent l’avenir du canton. A elle seule, la réforme de la caisse de pension des fonctionnaires coûtera jusqu’à 4 milliards de francs à la collectivité. Les élus devront pourtant trancher en vitesse, car ils sont sommés également, entre autres choses, de faire un sort à une loi sur la laïcité, déposée il y a trois ans par le Conseil d’Etat. Et que dire du temps nécessaire pour enquêter sur le fiasco qui a amené au meurtre d’une sociothérapeute par Fabrice A.? Les parlementaires découvriront le travail de leurs pairs quatre ans et demi après les faits et devront prendre une décision précipitée.

Ces errances trouvent leurs racines en 2009. Le parlement genevois sorti des urnes dessinait alors trois blocs: la gauche, la droite et la Nouvelle Force, constituée par l’UDC et le MCG. Cette répartition bancale a apporté beaucoup de confusion. L’UDC et le MCG n’ont construit aucun projet majeur. Pire: le MCG a explosé en vol, perdant cinq de ses députés. Depuis, le parti «ni droite ni gauche» vote avec cette dernière.

Lire aussi: Pour Genève, le renouveau passe par un parlement resserré

La lisibilité de l’action publique a clairement pâti de cette répartition inédite. Il est temps de mettre fin à cette aventure, alors que rien ne garantit que la prospérité dans laquelle baigne Genève depuis plusieurs années va se prolonger. Deux rendez-vous électoraux attendent les citoyens ces prochaines semaines. Celui de dimanche est le plus important. Le Grand Conseil qui en émergera devra être le reflet d’un choix clair, apportant une majorité à un camp, reléguant l’autre dans l’opposition. Les conditions d’une législature constructive, où l’avenir du canton se décide sur la base de compromis réfléchis, seraient alors posées.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)