Digitale attitude 

Michael Barbaro, le Larry King des podcasts 

Pour le compte du «New York Times», le journaliste américain interviewe chaque jour une personnalité, souvent controversée. A l'antenne, on découvre James Comey ou Joe Arpaio sous un jour inattendu

Un des meilleurs moments de ma journée est lorsque j’écoute l’émission du New York Times intitulée «The Daily». Téléchargé sur mon iPhone, chaque épisode, du lundi au vendredi dès midi, dure 25 minutes et aborde l’actualité par l’interview d’une personnalité. Le podcast est animé par le journaliste Michael Barbaro, dont le ton informel mais respectueux rappelle celui de Larry King. Ce dernier, figure légendaire de la radio, puis star de la chaîne CNN pendant des décennies, est reconnu comme étant l’un des plus grands interviewers de tous les temps.

Comme Larry King, Michael Barbaro a une approche directe et impartiale, laissant la parole à ses invités et posant toujours la bonne question pour recadrer un point essentiel du récit. Et parfois son émotion face à son invité est perceptible. Comme lors d’une conversation avec un ancien mineur sur la dangerosité de l’exploitation du charbon.

«Différent du monstre qu'on imaginait»

Barbaro apporte un éclairage sur des personnages politiques dont James Comey, ex-directeur du FBI, ou encore Joe Arpaio, le shérif controversé de l’Arizona, gracié par Donald Trump. Condamné pour abus de pouvoir et discrimination raciale, réputé pour sa cruauté envers les détenus, on est surpris d’entendre la voix d’un homme très âgé, au vocabulaire limité, différent du monstre que l’on imaginait.

Derek Black, suprémaciste blanc repenti  

Il y a encore l’interview poignante de Derek Black, fils d’un ancien membre du KKK, immergé depuis son enfance dans le mouvement des suprémacistes blancs, mais qui tournera le dos à leur idéologie suite à une rencontre à l’université avec un juif orthodoxe. Leurs débats lors de nombreux dîners de shabbat le fera changer d’avis et Derek Black comprendra que tout ce qu’il a appris était faux.

Une analyse des ambitions de Kim Jong-un, le point sur la situation des combattants irakiens à Mossoul ou encore le sort des Rohingyas de Myanmar – figurent parmi les nombreux sujets abordés, toujours sous un angle plus intéressant qu’ailleurs.

Le nouvel essor des podcasts

Les podcasts connaissent un nouvel essor, et les plus populaires d’entre eux comptent 1 million de téléchargements par épisode. Au-delà de la qualité des intervenants et la diversité de l’offre, une nouvelle raison est évoquée pour leur succès qui interpelle: la fatigue de l’écran.


Précédente chronique

La nouvelle phobie des sonnettes d’entrée

Publicité