Limiter le changement climatique nécessite une politique publique vigoureuse. Se contenter de maintenir le cap actuel serait désastreux. Dans un tel cas de figure, l’humanité irait au-devant d’une augmentation des températures de 3 degrés, en moyenne, avec les implications catastrophiques que cela aurait.

Afin d’éviter un tel scénario, réduire les gaz à effet de serre à zéro à long terme ne suffit pas: il faut le faire rapidement, et d’ici à 2050 au plus tard. Si la nouvelle loi sur le CO2 n’est pas parfaite, elle représente néanmoins un pas en avant important. Un retard aurait un effet dramatique pour la politique climatique suisse.