Est-ce un simple hasard? En l’espace de quelques jours, des deux côtés de l’Atlantique, dans deux démocraties emblématiques, des militaires déboulent dans le débat public pour mettre en accusation le pouvoir élu. Leurs discours se rejoignent sur un constat: la nation serait au bord de la «guerre civile», menacée par l’«anarchie». Il serait temps d’éveiller les consciences pour sauver la patrie. La première salve est partie de France. Le 21 avril, la rédaction de Valeurs actuelles diffuse la tribune d’un ancien capitaine de gendarmerie cosignée par 20 ex-officiers supérieurs dénonçant le délitement de la France. Selon l’hebdomadaire de la droite dure, 25 000 militaires à la retraite auraient ajouté leur signature à cette déclaration.

Lire aussi: «Valeurs actuelles» pousse l’armée française sur le front politique