Le volume des activités de négoce facturées par les sociétés implantées à Genève se montait à mille milliards de dollars, selon des estimations antérieures à la crise financière et à la chute des cours du pétrole et des matières premières. La gestion des 40% de cette somme reviendrait à BNP-Paribas, leader incontesté du secteur. 15% à Crédit Agricole-Indosuez et 10% à ING-BBL. Les trois établissements sont menés par d'anciens collaborateurs de Christian Weyer. Le solde se répartit entre les deux grandes banques suisses, UBS et Credit Suisse, la Banque Cantonale de Genève et quelques banques opérant dans des niches. Comme le taux des commissions avoisine un pour mille, on peut estimer que les revenus bruts du négoce génèrent dans les bonnes années un milliard de francs pour Genève.

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.