Simon Ammann parle de magie de l’instant. Avec des vibratos dans la voix et une émotion encore palpable. Antoine Dénériaz respire l’allégresse lorsqu’il évoque la descente qui a changé sa vie. La rareté de ces épreuves quadriennales et leur portée patriotique les magnifient et transforment le métal – et l’or plus particulièrement – qui les couronne en une sorte de quête d’absolu. Un Graal après lequel court tout athlète. Un fantasme qui souvent confine à l’obsession et tétanise les plus grands. Quatre ans d’efforts et de sacrifices pour une poignée de minutes éternelles ou un siècle de désappointement. C’est la prégnance des Jeux. Cette perspective que la gloire attend le lauréat au bout de l’exploit.

A la dimension individuelle de la mission s’ajoute le poids de l’attente d’un pays, derrière soi. Le candidat au titre olympique ne tient pas que sa propre destinée entre les mains, mais se pose en vecteur d’une nation qui attend les honneurs planétaires. L’immense responsabilité qui accompagne les champions à l’entame de ces courses aussi éphémères qu’historiques exacerbe le stress et la pression. Et élargit la palette des possibles. Les Jeux ne sont jamais faits. La hiérarchie qui prévaut à longueur de saisons se voit parfois chamboulée sur l’autel de l’aléatoire olympique. Il suffit d’un faux pas des favoris pour ouvrir la porte aux outsiders. C’est aussi cela la féerie des JO. L’idée, humainement rassurante, que chacun a sa chance et peut, avec un petit coup de pouce du destin, aspirer à cet état de grâce qui permet de passer de l’ombre à la lumière, de l’anonymat à la notoriété. Oser, jouer, se lâcher. Pour la beauté du sport.

De cette magie de l’instant, Simon Amman en sait quelque chose. Lui, le héros de Salt Lake City, sorti de nulle part et venu se parer d’or à deux reprises, est l’archétype de la philosophie des Jeux. La Suisse lui souhaite la réédition de la performance. Et à tous les autres porte-drapeau en rouge et blanc de croire en ces minutes qui peuvent suspendre le temps.

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.