Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Un balcon genevois exposé plein sud serait-il capable de sécher un poulpe au soleil?
© DR

Du bout du lac

Le miracle grec

Notre chroniqueur revient des contrées helléniques où il a vu s’opérer des mariages qui ne sont possibles qu’en mer Egée

La Grèce est un drôle de pays, se dit-on à l’heure de le quitter. C’est-à-dire au minimum une fois par an, toujours la mort dans l’âme et bercé de l’illusion que notre balcon genevois, exposé plein sud, sera parfaitement capable de sécher un poulpe au soleil.

La Grèce est un drôle de pays qui, après avoir jeté les bases de la civilisation et de la philosophie, ne semble plus produire grand-chose depuis environ trois mille ans. Hormis bien sûr quelques olives, de gros bateaux exemptés d’impôts, la moitié des médecins des HUG, la moitié de Pascal Broulis et mon prénom. A y regarder de plus près pourtant, la Grèce produit jour après jour un philtre aux vertus magiques: la Grèce elle-même.

Une épiphanie simultanée

Prenez Patmos, presque au hasard. Une île du Dodécanèse dont je parle avec d’autant plus d’aisance que je n’y ai jamais mis les pieds. Jean l’évangéliste y a écrit l’Apocalypse. Et Emmanuel Carrère ses meilleurs romans. Mais le miracle est ailleurs: Patmos est devenu l’impossible dénominateur commun entre Josef Zisyadis et Charles Pictet. Si, si, je vous l’assure: le communiste y cultive éperdument la vigne et le banquier privé en a passionnément restauré les moulins. Sur ce prodigieux rocher et n’en déplaise aux deux figures opposées, une épiphanie simultanée a balayé l’antagonisme d’une vie. Ευχαριστώ πολύ.

Comme les vieux époux

Ayant atteint l’âge de raison, les deux hommes ne tarderont pas à partager une betterave bouillie sur une nappe en papier, vous verrez. Exactement comme mes amis Spiros* et Salomon*, sur un autre morceau de Grèce émergée. Un capitaine au long cours nonchalamment antisémite, pour qui tout fout le camp depuis Alexandre le Grand, et un financier juif vaguement nihiliste, pour qui rien n’existait vraiment avant Bloomberg. Spiros et Salomon étaient faits pour se détester. C’était compter sans l’hellénique élixir: à l’ombre d’un tamaris, ils se sont rejoints dans la chair de figue comme se rejoignent les vieux époux, devenus inséparables à leur corps défendant. Devant mes yeux ébahis, la Grèce a fait son œuvre, là encore.

Le meltem balaiera vos idées

Je recommande ainsi à tous les certains d’ici ou d’ailleurs, à tous les persuadés, à ceux qui savent déjà tout et ne doutent plus de rien de faire le voyage au plus vite. Comme Josef et Charles, comme Spiros et Salomon, ils pourraient voir leurs priorités balayées par le meltem et leurs certitudes se noyer dans l’Egée. Et si d’aventure l’expérience devait ne rien donner, il restera toujours un vieux poulpe dans un coin de soleil.

* J’ai changé les prénoms pour ne pas me faire appeler Arthur.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)