Le secrétaire général du Parti socialiste français, Jean-Christophe Cambadélis, n’a peut-être pas choisi la formule la plus élégante pour exprimer son dégoût quant au débat autour de la livraison prochaine d’une frégate porte-hélicoptères type Mistral par la France à la marine russe. Il visait notamment le premier ministre britannique, David Cameron, qui est monté sur ses grands chevaux ces jours pour dénoncer Paris. Une telle transaction serait impensable chez nous, a-t-il dit en substance, invitant Paris à annuler la commande pour punir la Russie. Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a été définitivement plus poli que son collègue de parti: «Chers amis britanniques, parlons aussi de la finance. J’ai cru comprendre qu’il y avait pas mal d’oligarques russes à Londres.» Bref, il a demandé à Londres de balayer devant sa porte.

De quoi s’agit-il exactement? En 2011, le gouvernement français, alors sous la présidence de Nicolas Sarkozy, avait signé un contrat pour la livraison de deux frégates. La question peut effectivement se poser de décider si la France doit honorer son engagement ou dénoncer le contrat dans le contexte actuel de crise Europe-Ukraine-Russie. Elle peut choisir la deuxième option et, selon les règles internationales, payer des dédommagements. En sachant que rompre le contrat mettrait en péril le chantier naval de Saint-Nazaire, sur la côte atlantique. Ce contrat a fourni 1000 emplois sur quatre ans.

Mais Paris a fait le choix d’assumer la commande, d’autant plus qu’aucune décision n’a été prise, ni par les Nations unies, ni par l’Union européenne, pour imposer un embargo sur les échanges commerciaux avec la Russie. Le Royaume-Uni, membre des deux institutions, le sait, mais insiste auprès de la France pour annuler le contrat.

Disons qu’elle est assez mal placée pour insister. Il existe en ce moment une centaine de permis d’exportation d’armes et d’équipements vers la Russie. L’an dernier, le pays en a vendu pour 100 millions d’euros. Ce n’est pas tout. Le Royaume-Uni n’exporte pas du matériel militaire seulement vers la Russie, mais aussi vers de nombreux pays comme l’Arabie saoudite ou l’Egypte, qui ne sont pas franchement des pays parmi les plus vertueux.

Qui a dit qu’il ne fallait pas jeter trop de pierres lorsque l’on habite soi-même dans une maison de verre? Il avait raison.

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.