En Suisse, le choix du moyen de transport que font les actifs dépend en premier lieu de la structure de l'habitat: on se déplace moins à pied en zone urbaine, on y utilise moins la voiture et davantage les transports publics que dans les zones rurales. Seuls 20% des citadins bâlois utilisent leur voiture, contre 55% des Soleurois; 17% des Grisons se déplacent à pied, mais 6% des Argoviens; 37% des Zurichois utilisent les transports publics mais 5% des Appenzellois.

Avec 65% de pendulaires utilisant leur voiture, le Tessin est en tête des cantons, alors que tous les cantons romands, sauf Genève, dépassent la moyenne suisse. Il ne faut pas oublier que l'offre locale des trains et des transports publics citadins peut varier beaucoup, soit en densité du réseau, soit en fréquence horaire. Grâce à la bonne densité de son S-Bahn, le canton de Zurich compte 20% de pendulaires voyageant en train, contre seulement 2,4% dans le canton de Genève qui ne dispose que de trois lignes de train. Dans la comparaison des transports publics citadins, il y a aussi une relation nette avec la taille de la ville: 42% à Zurich et à Bâle, 35% à Genève et à Berne, 31% à Lausanne, 26% à Saint-Gall et à Lucerne.

La carte des communes en forme de représentation triangulaire pour l'an 2000 montre les parts des différents moyens de transports choisis par rapport à l'ensemble des actifs ayant répondu à cette question. Le premier groupe est composé des personnes sans trajet et de celles se rendant à leur travail à pied ou à vélo (la pendularité douce). Le second groupe est constitué des usagers des transports publics (pour tout le trajet ou une partie seulement); le troisième groupe réunit les pendulaires utilisant exclusivement un véhicule privé à moteur pour se rendre au travail.

L'essentiel des pendulaires en transports publics est métropolitain, très concentré dans les villes-centres (23,5% de tous les actifs), ainsi que le long des axes de transport bien desservis y conduisant. La mobilité douce (ou l'immobilité) est répandue dans les communes rurales et industrielles, alpines et touristiques, ainsi que dans les quartiers centraux des grandes villes (23,7% des actifs). Les pendulaires en véhicule privé (52,8% des actifs) sont surreprésentés dans les ceintures externes des agglomérations, les espaces plutôt ruraux, ainsi qu'en Suisse romande et au Tessin.

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.