La vie à 25 ans

Moi, 25 ans, incapable de changer une roue de voiture

OPINION. Si la jeune génération est incollable question smartphone, elle l’est beaucoup moins lorsqu’il s’agit de bricoler ou de réparer. Notre chroniqueuse ne fait pas exception, et déplore ce manque cruel de débrouillardise

Je l’ai toujours dit, le monde se divise en deux catégories: les manuels… et les autres. Il y a ceux qui dessinent à l’encre de Chine et ceux qui gribouillent des cœurs au stylo-bille. Ceux qui tricotent des bandeaux pour l’hiver et ceux qui rateraient même un ourlet. Ceux qui plantent leur clou droit et ceux qui s’y reprennent à trois fois. En général, je n’ai pas besoin de préciser dans quelle catégorie je me range. Mais soit: le genre maladroite qui ne sait rien faire de ses dix doigts. Imaginez seulement la tête de mes cadeaux de Noël.

L’angoisse du meuble Ikea…

Pendant longtemps, ce statut ne m’a pas chiffonnée. Chacun son truc, se disent tous les manches du monde. Jusqu’au moment de quitter le nid parental. Tout à coup, la donne change: une fois les cartons déballés, on se retrouve livré à soi-même, face à toutes ces choses qu’on réalise être incapable de faire: raccorder des fils électriques, visser une étagère, dévisser le tuyau de douche, monter un meuble Ikea sans le mode d’emploi – ou même avec, certains sont sérieusement complexes. Bref, on a la vingtaine, un diplôme en poche et un sérieux manque de débrouillardise.

Pince et ouvre-boîte

Apparemment, ce serait moins une question de gènes que de génération. Alors que nos parents bidouillaient volontiers sous le capot de leur «deux-chevaux» le week-end, nos outils favoris à nous sont les écrans, qui nous fournissent en deux clics une avalanche de tutoriels. Et lorsqu’il s’agit de se salir les mains, soyons honnêtes, le do it yourself se résume souvent à des projets de déco sur Pinterest. Pour le reste, on demande de l’aide.

Récemment, l’animateur télé américain Jimmy Kimmel a diffusé une séquence intitulée «Les millennials savent-ils ouvrir un pot de peinture?». Spoiler: la réponse inclut une pince, un ouvre-boîte et un gros fiasco. Caricatural? Pas tant que ça. Selon une enquête britannique, 75% des moins de 35 ans ne sauraient pas changer une roue de voiture. Pire: une seconde enquête affirme que huit femmes sur dix attendraient de leur conjoint qu’il soit bricoleur pour s’occuper de la maison. Vous avez dit embarrassant?

Ah, savoir comment purger son radiateur…

C’est vrai, les compétences numériques sont celles qu’on valorise aujourd’hui – et il y a une certaine satisfaction à expliquer à son père comment utiliser iCloud ou WeTransfer. Il n’empêche, je ne suis certainement pas seule à me sentir mal armée pour la vie. Peut-être qu’un cours obligatoire de bricolage 1.0, où le marteau remplacerait le raphia, nous aiderait à devenir des adultes plus débrouillards? Et épanouis. Car il n’y a rien de plus jubilatoire que de purger soi-même son radiateur. Enfin, j’imagine.


Chronique précédente

Se marier à l’église… pour le style?!

Publicité