Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
La ligne JaMaDu, «pour manger malin», dit la pub.
© Coop.ch

Du bout du lac

Le monde meilleur est une pomme séchée polonaise au goût de banane

OPINION. Consommez local, clame la grande distribution, avec ses produits estampillés «de la région». Jusqu’à ce qu’on déchante, comme notre chroniqueur, un jour au supermarché, frustrant sa progéniture

J’avais presque fini par les croire. Il faut dire qu’ils avaient bien fait les choses. Chez Migros, des salades estampillées «de la région». Avec, en prime, le nom du producteur. En l’occurrence, Jean-Luc Pecorini, à Troinex, et son rampon genevois. Et si je préférais la rougette, je pouvais me rabattre sur celle de Bernard Janin & fils, à Perly. De la bonne feuille du cru, garantie conscience irréprochable. Chez Coop aussi: «ma région» à tous les étages. On m’avait présenté Lady, à Ergisch (VS), et Heidi, à Schwanden (GL), rutilantes ruminantes à cornes, à qui je devrais désormais mon bon bol de lait quotidien. Et puis on levait le pied sur les roses kényanes élevées au kérosène, on préférait désormais les fleurs en pot de chez Gerber, à Trey (VD), juste à côté, à portée de vélo électrique.

«Retour au bon sens»

Cette fois, c’était la bonne. On ne mangerait plus de crevettes belges décortiquées au Maroc et réimportées par camion. Au creux de l’hiver, fini la cœur de bœuf gorgée de soleil. Retour au bon sens. L’avenir serait local, raisonné, responsable. Et au pays des lacs potables et des géraniums subventionnés, les géants de la grande distribution mèneraient la danse vertueuse.

Souvenez-vous: Stress l’avait rappé noir sur blanc, il y a longtemps déjà, pour la Coop: «Les grands discours c’est bien mais les petits gestes c’est mieux / La différence on doit la faire aujourd’hui, car on le peut», et patati, et patata (bio). La chanson s’appelait On n’a qu’une Terre. «Un énorme succès», jubilait le responsable marketing. Du coup, le rappeur et le distributeur en avaient remis une couche, avec C’est réel: «On fait tous partie du même cycle / Mais l’homme veut imposer son rythme / On construit, surproduit, pousse la nature à ses limites.» Et patati, et patata toujours, sans émission de CO2.

Coop JaMaDu

Alors j’étais confiant, samedi, en arrivant à la caisse avec mon fils de 3 ans. J’étais rassuré. Les délires de l’agroalimentaire, dans quelques années, il en aurait tout juste entendu parler. Comme moi de la mort des forêts. Et voilà que sa petite main toute saine attrape un joli paquet vert. Bien sûr mon chéri, on le prend, qu’est-ce que c’est? «Un produit Coop JaMaDu, recommandé par des enfants, des parents et des experts», me renseigne l’emballage. Qui ajoute qu’il «est important que les enfants mangent équilibré».

Super! Vive le nouveau monde! Et qu’est-ce que c’est, donc? Des dés de pommes au goût de banane [sic] produits en Pologne et vendus dans un sachet plastique? Ah. Euh… non, en fait. On va le laisser, merci. Mais non, chéri, ne pleure pas… Je te promets que ça va aller! C’est écrit là, sur la publicité.


Chronique précédente:

Le jour où les persifleurs ont eu tort, à cause de Trump et de l’Iran

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)