Le 8 novembre à Lausanne, la Fondation Jean Monnet va poser la question. L’intitulé de la conférence – à laquelle l’auteur de ces lignes participera – est sobre comme un faire-part: «La France et la construction européenne.» Soit. Davantage de mise en scène n’aurait pas fait de mal. Mais l’interrogation tombe pile. Car au-delà du constat sur le rôle de la France, de nombreux observateurs, à Bruxelles, se la posent aussi.

Et si Emmanuel Macron, chantre d’une nouvelle «souveraineté européenne» depuis ses discours d’Athènes (7 septembre 2017) et de la Sorbonne (26 septembre 2017), ne comprenait pas comment fonctionne cette Union qu’il prétend rénover? Et si ce président quadragénaire, pur produit du système technocratique français, avait sous-estimé le changement profond de culture survenu au sein de l’UE depuis l’élargissement de 2004 et au fil de la crise financière de 2008-2010?