Du bout du lac

Montre-moi ton stade et je te dirai qui tu es

Fierté du monde libre, le stade de la Praille sera rutilant pour la rencontre Suisse-Lettonie de samedi. A quelques détails près (trois fois rien)

En l’espace de dix jours, Genève s’est vue propulsée capitale de l’universalisme, avec le FIFDH, puis capitale du continent africain, le temps de l’Africa CEO Forum. Deux événements d’envergure qui font la fierté de la ville, du canton et de ma boulangère. Mais deux événements mineurs en regard du seul vrai rendez-vous du mois de mars: le match Suisse-Lettonie de samedi, rencontre de qualification pour le Mondial de 2018. Avec cette question douloureuse: le stade de la Praille (que certains, pour rire, appellent Stade de Genève) sera-t-il prêt?

J’aurais voulu vous donner la réponse en primeur, mais je dois m’incliner devant la Tribune de Genève qui – la chose est suffisamment rare pour être saluée – m’a pris de vitesse mardi: oui, le stade sera prêt! Ouf… Finies les galères qui assaillent cette glorieuse enceinte depuis quatorze ans. Cette fois, parole d’officiels, tout sera dans les clous pour accueillir une rencontre internationale dans un écrin digne de ce nom.

A quelques heures du match, ne reste que d’infimes détails à régler pour offrir à Genève, épicentre du monde libre, la vitrine qu’elle mérite. Rassurez-vous, trois fois rien. Le temple sera fin prêt dès que la pelouse – un bijou à 4 millions offert par la Fondation Hans Wilsdorf – aura terminé sa cure de luminothérapie pour redevenir verte. Elle est encore un peu jaune pour l’instant, c’est vrai, parce que quelqu’un a oublié de raccorder les 27 kilomètres de tuyaux enfouis sous la pelouse à la chaudière pendant l’hiver. C’est ballot, d’accord, mais pas de quoi paniquer: quelques séances de rayons et on n’y verra que du feu.

Bon, il y a aussi l’éclairage qui baisse et les spots qui clignotent, mais ceux qui marchent marchent encore assez bien pour que la luminosité soit officiellement suffisante. Et puis les footeux sont jeunes: en général ils ont de bons yeux… puisqu’on vous dit que tout roule! Sauf le Wi-Fi? Non, effectivement, le Wi-Fi ne fonctionne pas des masses non plus. Et vous allez rire, on ne sait pas vraiment pourquoi! Mais n’en faisons pas une affaire: en 2017, tout le monde a de la 4G. Et puis le routeur sera réparé pour samedi. Quoi les sièges? Ah, oui, les sièges rose pluie déteignent un peu… peut-être. Mais, franchement, vous avez déjà vu un supporter letton venir au stade en pantalon blanc ou en robe de mariée? Non? Bon alors! Qu’est-ce que c’est que ce mauvais esprit!

Genève, montre-moi ton stade et je dirai qui tu es.

Publicité