Ce jour-là, c’est comme si tout était en noir et blanc. A hauteur d’enfant qu’il est, il ne trouve pas sa place parmi les adultes réunis dans une réception donnée en mémoire de sa mamie décédée. Son grand-père semble absent et un fauteuil reste vide. Alors lui prend l’envie de sortir. Il neige et tout ce blanc lui rappelle les cheveux de sa grand-mère. Au gré de ce qu’il observe dans la nature, les souvenirs remontent, ou peut-être la mise en relation se fait-elle dans l’autre sens. Toujours est-il qu’il est heureux de retrouver la forme du chignon de son aïeul dans une pomme de pin, ses doigts noueux dans des branches enchevêtrées.