Fondé dans les années 1960 par un groupe d'intellectuels iraniens se réclamant d'un Islam progressiste et mâtiné de marxisme, le mouvement s'est constitué en réaction au régime du shah puis à celui des mollahs. Les Moudjahidin du peuple (OMPI) ont basculé vers la lutte armée au tout début des années 1980, après qu'une manifestation de leurs troupes a été très violemment réprimée à Téhéran. En 1981, le groupe est déclaré hors-la-loi; nombre de membres suivent alors le leader Massoud Radjavi en France, à Auvers-sur-Oise. Pendant la guerre Iran-Irak, les troupes de l'OMPI se battent au côté de Saddam Hussein contre l'armée de leur pays. En 1997, les Etats-Unis placent le mouvement sur la liste noire des organisations terroristes, suivis par l'Union européenne en 2002.

Structure pyramidale et autoritaire, l'OMPI a souvent été comparée à une secte dont les époux Radjavi seraient les gourous incontestés, lui réfugié en Irak, elle en France.

Le Conseil national de la résistance iranienne, vitrine politique des Moudjahidin, se définit comme le «parlement en exil» des Iraniens, bien que le mouvement ne bénéficie pas d'un grand soutien parmi la population - la plupart de ses représentants ayant quitté le pays depuis longtemps et étant accusés d'avoir pactisé avec Saddam Hussein au détriment des Perses. Maryam Radjavi cependant se tient prête; elle a été élue «future présidente de la République pour la période de transition après le renversement des mollahs».

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.