Votation

Moutier, guerre des clans sur Facebook

A deux jours du scrutin, l’affrontement entre pro-bernois et séparatistes se joue aussi sur les réseaux sociaux, où la jeune génération mise sur des vidéos décalées pour convaincre

Au cœur de l’arc jurassien, dans la cité prévôtoise, les Sangliers combattent toujours farouchement les Béliers. Il ne s’agit pas de l’incipit d’une fable dépassée, mais bien d’un conflit contemporain. Dimanche, la population de Moutier se prononcera définitivement sur son canton d’appartenance, Berne ou Jura. Un vote sous haute surveillance pour trancher, une fois pour toutes, la Question jurassienne. Au-delà de la guerre des chiffres, le scrutin est avant tout une affaire de tripes et d’inimitiés viscérales. Etat des lieux sur les réseaux sociaux.

Durant toute la campagne, les camps ennemis ont combattu en rangs serrés, groupés autour de pages Facebook: «Moutier ville jurassienne» pour les autonomistes et le groupe autonomiste Bélier, «Moutier-Prévôté» pour les pro-bernois et le groupe Sanglier. L’idée étant surtout d’aller polluer le clan adverse. Hypocrisie, honneur, tromperie: le florilège de commentaires récoltés çà et là illustre l’ampleur des tensions. Mercredi, les pro-bernois dénonçaient de possibles achats de votes chez des personnes à l’aide sociale de la part des Béliers.

Mensonges et mauvaise foi

Rien de moins que l’apocalypse: c’est ce que les deux camps prévoient en cas de défaite dimanche. Alors quand «Moutier Prévôté» prédit les effets financiers néfastes d’un transfert dans le canton du Jura, un partisan du oui ricane: «Est-ce que Nostradamus de la montagne de Moutier pourrait nous faire une version en 2087 avec le réchauffement climatique, le paludisme, etc. dus au vote du 18 juin?» «De toute manière les mensonges, les oublis, la mauvaise foi font partie de la culture des pro-bernois», renchérit un séparatiste.

«Les groins se font serrer!»

Lorsqu’un pro-bernois annonce qu’il votera non, pour que la ville de 7700 habitants ne devienne pas «le quartier nord de Delémont», un Bélier lui conseille de «s’acheter une boussole». Et quand la presse locale épingle un tous-ménages mensonger des Sangliers, un internaute salive: «Ha! Les groins se font serrer!» Un Sanglier riposte: «Un fanatique reste un fanatique, il n’y a pas d’espoir, impossible de faire boire un âne qui n’a pas soif, bref un séparatiste!»

«Adhésion sentimentale»

Souvent comparée à l’Irlande de la Suisse, toutes proportions gardées, la région se déchire depuis 1815. La ville de Moutier a déjà refusé plusieurs fois de rejoindre le Jura depuis 1974. L’indécision persiste pourtant. «Etre Jurassien ne tient pas à l’origine mais procède d’une adhésion morale, culturelle et sentimentale», estime un internaute. Davantage, donc, que la langue ou la religion.

Loin des années de braises et des attentats patriotiques du Front de libération jurassien, la nouvelle génération part au front sur le terrain numérique. Les jeunes pro-jurassiens, notamment, ne cessent de donner de la voix. A travers une série de vidéos mettant en scène Sophie et Philou, un couple que la perspective d’une meilleure péréquation financière en cas de oui émoustille et qui se réjouit de pouvoir ajouter Mardi gras, fête catholique, à la liste des jours fériés.

Ou encore avec Toni et son #PrévôShow, où il endosse divers costumes avec humour. «Super, les jeunes tout comme le Jura, c’est l’avenir!» s’enthousiasme une internaute.

Appel au calme

Face à la virulence des échanges, des velléités de calme, aussi, émergent, à deux jours du scrutin historique. Du côté du clan des séparatistes, on publie un remake de La Reine des neiges, «histoire de détendre l’atmosphère…» Les paroles d’Elsa sont sans équivoque: «Libérée, délivrée, je ne veux plus être du côté bernois.» Le groupe Sanglier, lui, a décidé de ne «plus répondre aux basses attaques du camp adverse. Il se bornera à exposer calmement les arguments contenus dans son tous-ménages.» Photo de Bisounours à l’appui.

Rupture ou continuité? L’ultime bataille s’annonce serrée ce dimanche.


Nos derniers articles sur Moutier

Publicité