Il est 14h46 au Japon en ce froid vendredi du 11 mars 2011, il y a donc dix ans jour pour jour, quand les bâtiments commencent à trembler violemment dans le nord-est du pays, se souvient aujourd’hui l’Agence France-Presse (AFP). C’est le théâtre d’un des plus puissants séismes jamais enregistrés sur la planète. La secousse de magnitude 9 déclenche alors un tsunami dévastateur, qui a provoqué la pire catastrophe nucléaire depuis Tchernobyl. Même si comparaison n’est pas tout à fait raison, comme l’écrivait Le Monde un mois après.