Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Redevenir, le temps d’un repas, maître des éléments…

Sur le gril

Mythologie 
du barbecue

Tous les lundis de l’été, notre chroniqueur joue avec ce feu qui grille la viande

A l’origine de l’humanité était… le barbecue. Quoi qu’en dise Rabelais, le propre de l’homme n’est pas de rire (le chimpanzé aussi rit) mais de griller des saucisses. Il est 20 heures le long des quais entre Lausanne et Lutry. Cette soirée d’été, ils ont fleuri, les petits barbecues improvisés. Le peuple des sans-chalet s’est donné rendez-vous sur les plages, ceux qui ne possèdent pas de jardin, ni de barbecue avec système infrarouge high-tech.

Rien de nouveau sous le soleil déclinant: des hommes se sont arrogé la tâche d’allumer le feu. Un groupe de quatre grands gaillards attire mon attention. Une petite radio avec du reggae, des bières. A torse nu, ils ont fait un feu dans une barquette en aluminium, un mini-gril jetable. Ils rejouent la scène fondatrice de l’humanité, immortalisée par Homère dans L’Iliade, Chant IX.

Souvenez-vous. Une bande de potes, Achille, Patrocle, Ulysse, Phénix et Ajax, se retrouvaient pour un festin de viandes. C’est quasiment le premier récit que nous connaissions d’un repas. L’ordinaire de la cuisine est alors réservé aux esclaves et aux femmes, ce qui à l’époque revenait au même (et n’a guère changé). Mais pas le gril. C’est à cela que nous invite le barbecue aujourd’hui: redevenir, le temps d’un repas, maître des éléments. Car qui maîtrise le feu est comme les immortels… Redevenir des héros surtout. Des héros virils.

Les libations ont été remplacées par de la mousse de bière et de la sauce cocktail. Les flèches des guerriers se sont muées en bâtonnets de brochettes chipolatas-poivrons. Les barbes antiques sont devenues hipster et tendance. De cet acte fondateur, tout a découlé. De la bombance d’Homère («épaule de brebis, chèvre grasse, large dos d’un porc succulent») naquirent la musique et la poésie qui accompagnaient le repas. Sur la plage, entre Lausanne et Lutry, nos quatre héros, égayés, refont le monde. La philosophie, elle aussi, est fille de la merguez et du cervelas.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)