Ça y est, j’ai fait le grand saut. Depuis hier, ma carte grise a été annulée. Je ne suis officiellement plus propriétaire d’aucun véhicule motorisé. Vous devriez essayer, ça fait un bien fou. On se sent instantanément plus léger et plus en phase avec l’époque qui réclame à grands cris de mieux vivre et de mieux respirer.

Bon, j’ai été un peu aidée par le destin: vendredi dans la nuit, à cause de la pluie et de la buée qui s’était accumulée à l’intérieur du pare-brise, ma fille a percuté un petit poteau, invisible à ses yeux. Elle n’a rien eu, ouf, mais la voiture n’a pas survécu. «Elle est morte», a sobrement lâché le dépanneur. Le lendemain, j’avais rendez-vous avec un acheteur potentiel que j’ai décommandé, presque soulagée de ne pas avoir à négocier et encore parler «bagnole», «performances», «atouts», etc.