Après la Russie, la Chine. Les signaux clignotent dangereusement. Après la reprise des sanctions contre la Russie, la dégradation des relations entre l’Occident et la Chine contraint une fois de plus la Suisse à un exercice d’équilibrisme. Selon une étude du laboratoire d’idées Avenir Suisse, les tensions géopolitiques actuelles menacent notre économie. La Suisse pourrait être amenée à choisir entre ses valeurs fondamentales, qui sont celles de l’Occident, et, d’autre part, la politique de neutralité et les relations avec son troisième client, la Chine.