«J'y suis entrée à 17 ans, parce que je pensais que ce serait une bonne expérience. Mais j'ai beaucoup souffert, nous vivions hors de la civilisation, loin de nos familles et les punitions étaient très dures. L'objectif était clair: il s'agissait de conquérir des territoires pour planter la coca. Il n'y avait pas de motivation politique. Dans la forêt, lorsqu'on entendait quelque chose on tirait, sans savoir sur quoi. J'ai tiré plusieurs fois. Il y a deux ans, tout le groupe a reçu un ordre de démobilisation. Depuis, j'ai été malade, mais sur le plan moral, ma vie est bien meilleure. Je peux étudier et envisager un avenir.»

Le Temps publie des chroniques et des tribunes – ces dernières sont proposées à des personnalités ou sollicitées par elles. Qu’elles soient écrites par des membres de sa rédaction s’exprimant en leur nom propre ou par des personnes extérieures, ces opinions reflètent le point de vue de leurs autrices et auteurs. Elles ne représentent nullement la position du titre.