Vous allez dire: PMF fait encore dans la provocation! Mais non, dans la raison!

Il est de bon ton, évidemment, de dégommer Trump: il s’y prête avantageusement. Si on prend un peu de recul, il est un phénomène non sans intérêt! Parmi les significations du mot ou du nom Trump, il y a «atout», ou encore, «trompette»! C’est déjà beaucoup dire! On est bien d’accord: sa coiffure est ridicule! Comme celle de Boris Johnson d’ailleurs, élu deux fois maire de Londres. Son prénom nous fait un peu sourire. Il évoque une bande dessinée, mais il n’est même pas Picsou. Plutôt un flambeur.

Totalement misogyne? Tout est relatif. Ses femmes et ses filles sont pour le moins belles et intelligentes. De sacrées supporters! Outrancier? Complètement! Mais sans cela, aurait-il attiré l’attention? Et encore, il l’est bien moins que Marco Rubio, ultra-conservateur, qui était un sévère concurrent.

Il aurait fait faillite? (En vérité, quatre de ses casinos d’Atlantic City ont déposé leur bilan. Non pas son empire.) Et on nous présente souvent les déboires des entrepreneurs comme une des vertus du capitalisme américain! La possibilité de rebondir!

Il ne sait rien de la politique? Pas si sûr. Et les fins connaisseurs ont-ils tous brillé et réussi jusque-là?

Ce type déroute

La vérité est que ce type déroute. Vous et moi. Et surtout il est loin d’avoir gagné. Hillary Clinton triomphera très probablement. Mais est-elle beaucoup plus attractive? Rassurante, oui, car on sait quelle sera sa politique. Même si elle est élue, ce sera par défaut, personne de mieux! Tandis que Trump peut nous surprendre. Est-ce vraiment un mal?

Il faut dire au passage que la fameuse Hillary n’est pas si désirable. Comme les livres la concernant le rappellent et encore récemment Le Point. Que dit-elle de si génial: «créer plus d’emplois»? C’est le slogan de tout le monde.

Pendant ce temps-là, Hillary…

Jeune, elle fut républicaine! En bonne puritaine, méthodiste, elle prôna l’abstinence sexuelle jusqu’à vingt et un an. Et la prière. Mais Madame changea son nom, se teint en blonde, ne divorça pas, malgré les innombrables frasques extra-conjugales de son mari, pour qui l’épisode Lewinsky n’était que fumée de cigare. Elle a approuvé l’invasion de l’Irak et l’attaque de la Libye. Comme une girouette, elle a été contre le mariage gay, avant de changer de bord. Elle a d’innombrables autres casseroles et s’intéresse autant à l’argent que Trump. Son mari et elle ont gagné 139 millions de dollars entre 2007 et 2014, dont 28 millions en 2014. Ce qui fait 75’000 dollars par jour.

Tout n’est pas encore joué pour elle! 57% des Américains ne la croient ni sincère, ni digne de confiance.

De son côté, Trump est moins sot qu’on veut le présenter. Un ouvrage tout récent, n’existant qu’en version électronique, Donald Trump, la vérité crue de Georges Beahm nous montre qu’il ne dit pas que des niaiseries excessives.

Les lacunes qu’il voit

Il voit pas mal de lacunes aux Etats-Unis. Il souligne que les infrastructures sont pourries, alors que celles de la Chine sont impeccables. «Arrivés à La Guardia, on se croirait dans le tiers-monde.» Il ose affirmer que les chiffres proclamés du chômage sont complètement faux. 90 millions d’Américains ne cessent de chercher un vrai emploi stable et rémunérateur. D’autres sont aux timbres d’alimentation pour indigent et 50 millions vivent sous le seuil de pauvreté. Il rappelle que les Japonais leur vendent des voitures par millions, mais qu’il est impossible de trouver une Chevrolet à Tokyo. Il souligne que les Chinois, qu’il prétend aimer, imposent des droits de douane considérables aux marchandises étrangères. Il rapporte que le système éducatif américain est à la 26e place mondiale. Surtout, il souligne que c’est lui et non Wall Street qui paie sa campagne, qui lui coûte 1 milliard de dollars, environ le 10e de sa fortune.

Il ne pourra pas faire n’importe quoi

Et on oublie un peu l’essentiel: Trump ne pourrait pas faire n’importe quoi. Les Etats-Unis sont à un carrefour de lobbies, qui ne s’en cachent pas, avoués, affirmés. Dans le désordre: celui des armes, celui du pétrole, celui d’Israël, celui de Wall Street, celui des militaires, etc. Sans compter l’influence des communautés afro-américaines et hispaniques. N’oublions pas que les USA ont un congrès qui n’est pas une simple chambre d’enregistrement pour le président.

Imaginer que Trump aurait les mains libres est ridicule. Disons que sur 180 degrés, il aurait une marge de 20 à 30 degrés. Peu de chose.

On me dit, au final, tu voterais pour qui? Je serai certes pour un candidat «anti-système». Bernie Sanders m’aurait beaucoup plu!

N’ayons pas peur!

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.