Opinion

«Etre né sous l’signe de l’Hexagone, c’est pas c’qu’on fait de mieux en c’moment»

OPINION. Dans un contexte de tension sociale généralisée, la France retient son souffle en attendant la date fatidique du 5 décembre, écrit notre chroniqueur David Hiler

Le refrain d’Hexagone, la chanson brûlot de Renaud (1975), interdite en son temps sur les ondes de France Inter, est plus que jamais d’actualité. Dans un contexte de tension sociale généralisée, la France retient son souffle en attendant la date fatidique du 5 décembre et le début de la grève reconductible à la RATP et à la SNCF, qui pourrait bien paralyser le pays pendant tout le mois de décembre.

Les syndicats sont entrés en guerre contre l’abolition des régimes spéciaux prévue dans le cadre de la réforme du système de retraite. Les collaborateurs des deux régies publiques sont particulièrement visés puisque les conducteurs de rames de métro et les agents conducteurs de train peuvent prendre leur retraite à 52 ans, avec une pension avantageuse.