L’enfer, c’est les autres. On a vu entrée en matière moins ambitieuse, je vous l’accorde. Mais pour une fois, JPS avait raison. Et si vous en doutez, vous n’allez pas tarder à vous en rendre compte: lundi, ils vont déferler, les autres. Dans la rue, sur les trottoirs, à l’arrêt de bus et même sur les terrasses. Ils seront partout, les autres. Comme en Suède. Mais en Suisse.

Vous êtes cultivés, je n’ai donc pas besoin de vous expliquer ce que Sartre voulait dire. Mais je le fais quand même: les autres ne sont pas intrinsèquement insupportables, ils sont la part la plus importante de nous-mêmes. Ils sont notre miroir, le bourbier dans lequel s’ébrouent nos appétits, nos actes et nos angoisses. Alors forcément, si on se fâche avec tout le monde, ça pique un peu.