L’automne dernier, Viola Amherd avait joué un rôle déterminant pour convaincre les Suissesses et les Suisses de voter un budget de 6 milliards de francs dédié à l’achat de nouveaux avions de combat. Cela s’était joué à quelques milliers de voix, 50,1% des votants. Fallait-il vraiment débourser une telle somme sans savoir pour quels engins alors que les priorités en matière de défense et de sécurité ne sont clairement plus aériennes mais se situent dans le cyberespace?

Lire aussi: Rafale de conjectures avant le choix du prochain avion de combat