Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
L'un des avions d'Amazon.
© STEPHEN BRASHEAR / GETTY IMAGES

éditorial

Ne surtout pas sous-estimer l’impact d’Amazon

EDITORIAL. L’arrivée prochaine du numéro un mondial de l'e-commerce en Suisse va bouleverser le commerce de détail

Ce n’est qu’une question de jours, voire de semaines. D’ici peu, Amazon sera officiellement présent en Suisse. A première vue, cette arrivée n’est pas susceptible d’inquiéter les acteurs helvétiques du commerce de détail: la multinationale américaine n’aura très certainement pas de centre logistique en Suisse, ne livrera pas de nourriture et ne possédera pas de magasin physique. Mais sous-estimer son arrivée serait une grave erreur.

Car Amazon va introduire un niveau de service avec lequel de nombreux détaillants suisses auront de la peine à soutenir la comparaison. Via un accord avec La Poste, la société livrera de nombreux produits le lendemain, voire le surlendemain – à peu de frais ou gratuitement. Elle mettra à la disposition des consommateurs suisses un catalogue de plusieurs centaines de millions de produits. Via son abonnement Prime, elle permettra d’écouter de la musique et de regarder des vidéos de manière illimitée.

Catalogue sans égal

C’est simple: aucun acteur helvétique ne sera capable de fournir un catalogue aussi étoffé. Bien sûr, certains distributeurs pourront tenir tête à Amazon sur quelques marchés. On pense ainsi à Digitec.ch et Galaxus.ch – rachetés intelligemment par Migros –, dont la logistique et le catalogue – un million d’articles – impressionnent.

Lire aussi: Ce que l’arrivée d’Amazon va bouleverser en Suisse

Mais Digitec et Galaxus, qui ont aujourd’hui dix vitrines d’exposition en Suisse, n’étaient à l’origine que des sites web. Et cela change tout. Car nombre de magasins suisses ont toutes les peines du monde à offrir un service en ligne efficace: des délais de livraison de cinq à six jours, des sites web mal construits, des prix encore trop élevés…

Coup d’accélérateur

Même Siroop.ch, créé par Coop et Swisscom et destiné à servir de plateforme suisse d'e-commerce pour des PME, risque de souffrir face à Amazon. Les deux partenaires peinent à populariser ce portail. Et la multinationale américaine risque fort de manger aussi ce marché.

Le consommateur suisse est conservateur, achète encore peu en ligne et aime les magasins physiques. Mais cela ne saurait durer. Amazon va donner un coup d’accélérateur à l'e-commerce en Suisse en fixant un nouveau seuil en termes de rapidité, de choix et de services. Et les victimes seront nombreuses. L’annonce récente, par Migros, de la fermeture de 43 de ses 57 magasins ExLibris n’est qu’un avant-goût de ce qui se profile.

Lire aussi: Amazon, une multinationale à laquelle rien ne résiste

On peut regretter la disparition de ces magasins physiques. Et l’extension de cet univers de gigantesques centres logistiques où œuvrent robots et employés peu payés. Mais cette évolution semble inéluctable. Autant s’y préparer. Les concurrents suisses devront tous améliorer leur qualité de service, leur rapidité et leur catalogue. Et ne surtout pas compter sur leur seule proximité avec le client pour survivre.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)