A l’approche des élections européennes, la classe politique est en effervescence, notamment les partis qui espèrent instaurer l’Europe des nations face à un supranationalisme jugé catastrophique. Dans ce contexte, il convient de s’interroger sur les possibilités réelles du populisme, sans omettre de réfléchir sur les responsabilités des politiques européennes.

Commençons par faire l’inventaire des forces généralement considérées comme populistes au Parlement européen (PE). Actuellement, deux groupes de cette assemblée sont identifiés comme tels. Le premier est celui de l’Europe de la liberté et de la démocratie directe (ELDD) qui est dominé par les Italiens du Mouvement 5 Etoiles, avec une idéologie floue, et par les Britanniques du UK Independence Party (UKIP), qui sont «à l’origine» du Brexit. Ce groupe dispose d’une quarantaine d’eurodéputés.