Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Peter Brabeck-Letmathe durant l’assemblée générale de Nestlé.
© LAURENT GILLIERON

Analyse

Nestlé, 150 ans, et la quatrième révolution industrielle

Le groupe suisse Nestlé, fondé il y a 150 ans, au début de la 2e révolution industrielle, veut relever les défis de la «4e révolution industrielle», selon les mots de son président Peter Brabeck-Letmathe. Qui estime dans le texte ci-dessous que cette 4e révolution industrielle «nous amène du changement à une vitesse, une échelle et une force sans précédent»

2016 est une année importante pour Nestlé, car elle marque le 150e anniversaire de sa fondation […] Nestlé a vu le jour au début de la 2e révolution industrielle, qui a transformé les modes de production et favorisé le développement de l’activité économique. Notre société s’est adaptée avec succès aux défis de la 3e révolution industrielle, qui dès les années 1960 et l’avènement de l’ordinateur, puis d’Internet, a profondément modifié les modes de gestion, de communication ainsi que les modes de vie. Depuis lors, notre société a connu quatre décennies de développement remarquable, durant lesquelles elle a renforcé ses positions de leadership, aussi bien au niveau géographique que dans ses catégories ou encore sa gestion opérationnelle.

La quatrième révolution industrielle

Aujourd’hui, nous sommes à l’aube de ce que l’on appelle la 4e révolution industrielle, qui nous amène du changement à une vitesse, une échelle et une force sans précédent!

Nous sommes actuellement témoins d’un développement remarquable de nouvelles connaissances dans les domaines des sciences de la vie, du génome, de l’intelligence artificielle ou encore de la robotique. C’est la convergence de ces différentes connaissances, et leur interaction avec le monde numérique, qui donne à cette 4e révolution industrielle son caractère unique. […]

Les habitudes et les modes de consommation

Premièrement, les habitudes et les modes de consommation vont fortement évoluer avec l’émergence de nouvelles technologies. L’accès instantané, partout et en tout temps, à l’information mais aussi aux services et aux biens de consommation, deviendra progressivement la norme. Ces besoins et ces nouvelles attentes et comportements vont favoriser la création de produits et de services qui n’existent pas aujourd’hui et que nous ne pouvons peut-être même pas imaginer à l’heure actuelle.

La capacité d’innover

Deuxièmement, la capacité des entreprises à innover sera déterminante pour leur succès et leur croissance futurs. L’innovation sera toujours plus basée sur la collaboration avec un vaste réseau composé de hautes écoles, d’instituts de recherche, de start-up ou d’autres sociétés. Les grandes entreprises devront s’adapter et s’ouvrir à ces nouvelles façons de travailler, de collaborer et enfin de trouver des solutions.

Le domaine de la santé et du bien-être, qui est au cœur de la promesse de Nestlé, va profondément évoluer. Le numérique et la technologie de plus en plus présents dans la vie de tous les jours vont définir une nouvelle façon de gérer la santé, avec plus de prévention, plus de personnalisation et plus de suivi permanent, grâce à toutes sortes d’objets connectés qui feront partie intégrante de notre quotidien. Le rôle d’une alimentation saine et équilibrée sera un élément décisif dans la gestion de la santé.

L’impact du numérique

Enfin, le numérique aura un impact profond sur l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement. La combinaison d’intelligence artificielle et de robotisation favorisera des modes de production industrielle toujours plus efficaces et plus sûrs. L’utilisation à bon escient de grandes quantités de données – ce que l’on appelle communément Big Data – et des nouvelles technologies permettront une gestion plus efficace des ressources naturelles et de la production agricole. De même, cela favorisera une utilisation plus efficace des sols et de l’eau tout en réduisant les émissions de gaz à effet de serre. Dans le cadre de nos relations avec le monde agricole, qui est un partenaire privilégié de Nestlé depuis toujours, nous avons une réelle possibilité de participer au déploiement et à l’adoption de ces nouvelles technologies. Celles-ci permettront non seulement d’augmenter la production de denrées alimentaires, mais aussi d’en améliorer la qualité, de réduire les pertes, d’assurer une traçabilité complète des matières premières, de favoriser l’accès direct aux marchés aux petits producteurs et donc d’améliorer leurs revenus. Cela sera particulièrement important pour les petits cultivateurs des pays émergents qui se trouvent au cœur de notre engagement en faveur du développement rural. Enfin, cela aidera à améliorer les conditions de travail dans ce secteur et en particulier à contribuer à mettre fin au travail des enfants.

Une formidable opportunité

Pour Nestlé, cette 4e révolution industrielle représente une formidable opportunité de développement, d’innovation et de croissance. […] Notre seule certitude est que les modèles économiques, sociaux et environnementaux que nous connaissons aujourd’hui vont profondément changer. En particulier, le monde du travail et de l’emploi va subir des mutations significatives. La prévision que plus de 60% des enfants qui entrent aujourd’hui à l’école primaire exerceront à l’avenir un métier ou une activité qui n’existe pas actuellement est une indication des changements à venir. Par conséquent, et au-delà de développer une capacité à s’adapter, à innover et à croître, nous devrons en même temps développer une capacité à contribuer de façon positive à une société inclusive.

Cette 4e révolution industrielle est avant tout conduite par de jeunes entrepreneurs, de jeunes innovateurs, de jeunes consommateurs. Ils nous demandent de renforcer notre sens des responsabilités vis-à-vis des générations futures, de notre planète et de nos ressources naturelles. Cette jeune génération considère que les entreprises et le secteur privé en général ont une responsabilité et une vraie opportunité de contribuer à développer un monde plus durable et plus inclusif.

2015, une année charnière

A ce propos, 2015 sera probablement considérée comme une année charnière pour les questions de développement durable. Les Nations unies ont publié les Objectifs de développement durable à l’horizon 2030 et la conférence COP21 de Paris a abouti en décembre dernier à un accord global et contraignant pour lutter contre le réchauffement climatique. Ces développements sont très encourageants et ont le potentiel et le devoir d’avoir un impact réel ces prochaines années. Chez Nestlé, nous nous en réjouissons et nous engageons à y contribuer activement.

Nous sommes convaincus depuis toujours que nos activités et notre succès sont bons non seulement pour vous, nos actionnaires, mais aussi pour la société dans son ensemble. Nous appelons cela la Création de valeur partagée. C’est en nous focalisant sur les fondements de cette approche que sont la nutrition, l’eau et l’environnement, le développement rural et les droits humains que nous contribuerons à une alimentation et des styles de vie plus sains, un environnement plus durable et une société plus inclusive. […]

Ce que peut le secteur privé

Tout le monde s’accorde à dire que le secteur privé a une opportunité et un devoir de contribuer à la société. Il convient aussi de se demander comment la société et en particulier les gouvernements et les régulateurs vont mettre en place des incitations pour encourager toujours plus d’acteurs du monde économique, mais aussi de la société civile, à adopter des comportements et des mesures qui favorisent un développement durable et inclusif à long terme. Nous avons aussi besoin d’un secteur financier et d’investisseurs qui récompensent non seulement la performance économique, mais aussi la contribution sociétale d’une entreprise. C’est aussi dans ce sens que nous publions maintenant depuis douze ans notre rapport «Nestlé et la société» comme un élément clé de notre rapport annuel. Il vous expose en détail nos engagements ainsi que nos réalisations, de façon transparente et en ligne avec les plus hautes exigences en matière de reporting non financier.

La gouvernance d’entreprise

Ces convictions se reflètent également sur notre gouvernance d’entreprise. En effet, nous avons étendu les responsabilités du comité de nomination pour y inclure la surveillance de la durabilité à long terme de l’entreprise dans ses dimensions économiques, sociale et environnementale. Il surveillera également le reporting non financier et d’autres aspects liés à notre responsabilité sociale. Le rôle étendu de ce comité confirme l’importance qu’accorde Nestlé non seulement aux engagements pris et rapportés dans le rapport «Nestlé et la société», mais aussi le sérieux que votre entreprise accorde à leur réalisation réelle et effective.

En ce qui concerne la gouvernance d’entreprise durant l’année 2015, le conseil d’administration a étudié la gestion active du portefeuille d’activités de Nestlé dont notre administrateur délégué a parlé tout à l’heure. Le conseil a également examiné la stratégie du groupe, ainsi que celle de la recherche et du développement. Il a passé en revue les acquisitions majeures effectuées ces dernières années, ainsi que ses activités en Chine. De plus, et au vu de l’importance que nous accordons à nos collaborateurs, il s’est penché sur les progrès réalisés dans les domaines de la diversité et de la parité hommes-femmes. En septembre dernier, votre conseil d’administration a effectué une visite des opérations de Nestlé au Moyen-Orient, un marché d’importance stratégique au sein de la nouvelle zone Emena. Enfin, un élément important de son travail en 2015, et qui se poursuit cette année, est lié au plan de succession au sein du conseil. […]»

Nestlé et la Suisse: la loi Minder

Quelques commentaires sur certains développements politiques en Suisse, dont l’importance est cruciale pour notre entreprise, car ils touchent directement au cadre juridique dans lequel nous menons nos affaires. Tout d’abord, j’aimerais saluer les judicieuses décisions prises par le Conseil fédéral à la fin de l’année dernière et la résolution de ne pas apporter de nouvelles modifications à la loi Minder. Cela est essentiel pour la stabilité juridique du pays, car même inchangé, le régime suisse de vote sur la rémunération reste le plus strict au monde. Les suites de la loi Minder ne sont pas favorables, mais nous pouvons vivre avec ces nouvelles exigences.

Nestlé et la Suisse: la fiscalité des entreprises

En ce qui concerne la réforme de la fiscalité des entreprises, nous saluons la décision claire du peuple vaudois d’accepter une telle révision et espérons que cela soit un bon présage pour la réforme prévue au niveau fédéral.

Nestlé et la Suisse: l’UE

Enfin, en ce qui concerne les relations entre la Suisse et l’Union européenne, 2016 est une année très importante pour l’avenir. Ces relations sont extrêmement fructueuses pour les deux parties: la Suisse bénéficie de son accès à la zone de libre-échange européenne et 1,6 million de citoyens de l’Union européenne se sont établis en Suisse ou s’y rendent tous les jours en tant que frontaliers, et ils y gagnent bien leur vie. Les avantages pour la Suisse mais aussi pour l’Union européenne sont évidents. C’est pourquoi chacun devrait y mettre du sien pour trouver une solution qui préserve les éléments clé des accords bilatéraux tout en respectant aussi les points essentiels des décisions du peuple suisse.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo opinions

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

Fumer, c’est aussi dangereux que has been. Pour profiter du goût et des effets du CBD sans se ruiner la santé, mieux vaut passer aux vaporisateurs de cannabis, élégante solution high-tech qui séduit de plus en plus de Suisses. Nous les avons testés

Cannabis: adieu fumée, bonjour vapeur

n/a
© Gabioud Simon (gam)