Lors d’un dîner à Deauville, en avril 2005, Nicolas Sarkozy crie vengeance contre ceux

qui, à travers les pseudonymes de Paul de Nagy et Stéphane Bocsa (son nom complet est Nicolas Paul Stéphane Sarkozy de Nagy-Bocsa), l’ont placé sur les faux listings de Clearstream: «J’irai jusqu’au bout. Je n’ai rien à perdre. Il y aura du sang sur les murs. Lorsque je serai au pouvoir, on les pendra tous à des crocs de boucher!»

Sans aller jusque-là, le président et son entourage ont tout fait pour médiatiser l’affaire et attirer l’attention sur le rôle de Dominique de Villepin. Ainsi, son avocat, Thierry Her­zog, a fait circuler le bruit que le premier ministre aurait brûlé ses agendas pour camoufler ses rendez-vous avec Jean-Louis Gergorin. L’objectif était de diffuser au plus vite l’information – en fait erronée – sur Internet. Pour l’entourage de Dominique de Villepin, la hargne du président contre son ancien rival est devenue «obsessionnelle».

Le Temps publie des chroniques et des tribunes – ces dernières sont proposées à des personnalités ou sollicitées par elles. Qu’elles soient écrites par des membres de sa rédaction s’exprimant en leur nom propre ou par des personnes extérieures, ces opinions reflètent le point de vue de leurs autrices et auteurs. Elles ne représentent nullement la position du titre.