C’est devenu une obsession pour de nombreux ex-confinés devant leur télé: noter toutes ces situations dans lesquelles les personnages ne respectent pas la distanciation sociale – et il y en a beaucoup. Le câlin final de Lost in Translation, les tables de restaurant collées dans Emily in Paris… et que dire du plat de spaghettis partagé par La Belle et le Clochard (déluge de gouttelettes, bonjour)?

De mon côté, plutôt que les faux pas sanitaires, ce sont plutôt les fronts qui m’obsèdent. Ces derniers temps, je me suis surprise à scruter les visages sur l’écran, à la recherche de… rides. Oui, je me mets à comparer machinalement l’élasticité cutanée des actrices – seulement les femmes, forcément – à la mienne.