La session d’examens de l’Unige est organisée en présentiel. «Enfin, un retour à la normale!» pourrions-nous penser, nous, étudiants, qui n’attendions que cela. Mais comment ne pas voir en ces examens l’apogée d’une politique de l’autruche? Dans un article de la Tribune de Genève, Marco Cattaneo, porte-parole de l’Unige, explique que cette dernière mise sur «la responsabilité individuelle». Soit. Les salles remplies aux deux tiers (pour U600 à Dufour, cela signifie 400 étudiants entassés pour au moins deux heures dans une salle), heureusement avec port du masque et présentation du certificat covid ou d’un test négatif. Mais quid des files pour entrer et sortir de la salle, ou pour rendre son examen? Quid des collaborateurs qui devront braver le virus pour récolter les copies?