Chères concitoyennes, chers concitoyens,
Nos vies ont changé du jour au lendemain.
Les écoles, les cinémas et les magasins sont fermés, les manifestations sont interdites. Les personnes âgées et les personnes malades restent à la maison. De nombreux actifs travaillent à domicile. Au bureau et dans la rue, nous respectons une distance de 2 mètres. Les réunions de plus de cinq personnes, à l’extérieur, sont désormais interdites.

Si le virus se propage trop rapidement, les unités de soins intensifs de nos hôpitaux seront surchargées. Les conséquences peuvent être dévastatrices.

Ces règles sont importantes. Parce qu’elles sauvent des vies. Nous devons impérativement les respecter. C’est notre seul moyen d’éviter la contamination et de ralentir la propagation du coronavirus. Et c’est ce qui est maintenant déterminant.
Si le virus se propage trop rapidement, les unités de soins intensifs de nos hôpitaux seront surchargées. Les conséquences peuvent être dévastatrices.


Désormais, nous sommes toutes et tous concernés

En Suisse, le nombre de victimes augmente et cela nous affecte énormément. La Confédération, les cantons et les communes travaillent jour et nuit pour trouver des solutions. Mais comme c’est souvent le cas dans notre pays, nous avons besoin du soutien de la population.
Chères concitoyennes, chers concitoyens, nous avons un rôle essentiel à jouer. Au nom du Conseil fédéral, j’en appelle à votre responsabilité: restez à la maison si vous avez plus de 65 ans ou si vous êtes malade. Gardez vos distances par rapport aux autres. C’est ainsi que vous pouvez vous aider vous-même. Et c’est ainsi que vous protégez les autres.

Plus de 40 milliards de francs sont dès à présent disponibles, rapidement et sans bureaucratie.

Les autorités n’abandonnent pas la population. Nous nous soucions des entreprises et des emplois. Le Conseil fédéral aide les entreprises, les employés et les indépendants qui luttent pour leur existence. Il veille à ce que les salaires puissent être versés et que les entreprises obtiennent des crédits. Plus de 40 milliards de francs sont dès à présent disponibles, rapidement et sans bureaucratie.

Un immense merci!

Tout le monde n’a pas la possibilité de rester à la maison. Nous avons besoin du personnel soignant, des facteurs, des vendeuses, des conducteurs de camions et de bus, de nos agriculteurs et des militaires. Toutes ces personnes garantissent l’approvisionnement du pays. Elles méritent notre plus grand respect et un immense merci!
La Suisse s’est toujours distinguée. Quand la situation l’exige, nous sommes bien plus que 26 cantons et 8,5 millions d’habitants. Nous sommes un pays. Et nous sommes là les uns pour les autres.