Éditorial

Notre-Dame, pour une «résurrection» européenne

ÉDITORIAL. Le chantier de la reconstruction de Notre-Dame de Paris peut être une occasion unique de redonner aux Français un imaginaire et un dessein communs. La solidarité des Européens peut aussi permettre de tirer le meilleur de cette catastrophe

Et si Notre-Dame de Paris devenait le chantier d’un continent entier? A voir, mardi, la profusion d’équipes de télévision européennes, toutes branchées en direct sur Paris grâce à leurs journalistes dépêchés en bord de Seine, la question mérite d’être posée alors que les collectes et les offres d’entraide se multiplient.

Monument le plus visité d’Europe, pièce maîtresse de l’imaginaire mondial depuis que Victor Hugo en fit le personnage central de son plus fameux roman, Notre-Dame est un point de ralliement pour tous ceux qui s’interrogent sur les racines chrétiennes de nos sociétés, et sur leur capacité à se réinventer ensemble, aux côtés d’autres convictions religieuses. Restés à son chevet parfois toute la nuit, comme l’on veille un parent toujours aimé, des milliers de badauds de toutes origines ont encore démontré combien les lieux où souffle l’esprit peuvent transgresser les douloureuses fractures.

Une dimension pédagogique

Il ne s’agit pas, en proposant cela, de «voler» aux Français leur chantier le plus symbolique, pour lequel les offres de services et de fonds affluent déjà. Il s’agit de saisir, en ce début de Semaine sainte de Pâques, l’occasion d’une catastrophe à fort potentiel de réconciliation, et à forte valeur ajoutée pédagogique. Notre-Dame a connu les famines, les rois, les croisades, les épidémies, les guerres et les révolutions, au point d’être plusieurs fois prises pour cible dans l’histoire. Notre-Dame, épicentre de l’Eglise de France, a aussi accompagné l’évolution de celle-ci au fil des siècles, passant du rôle de citadelle catholique à celui de sanctuaire ouvert aux autres religions, pour promouvoir la paix et s’ériger contre les haines. Le 15 novembre 2015, la messe pour les victimes des attentats commis deux jours plus tôt fut exemplaire. C’est sous sa voûte de pierre, ce soir-là, que battait le cœur d’une société entrée en résistance contre les peurs et contre l’obscurantisme.

Un horizon pour le Vieux Continent

Mobiliser les Européens au secours de cette majestueuse voûte gothique, aujourd’hui crevée à trois endroits par sa toiture désintégrée par un incendie a priori «accidentel», aurait donc beaucoup de sens. Portée par les réseaux sociaux, intégrant les nouvelles technologies, surfant sur l’imagerie populaire et laïque qui fait de ses murs, de son bourdon et de ses gargouilles des compagnons de notre imaginaire littéraire, artistique et musical, la résurrection de Notre-Dame peut servir d’horizon aux nouvelles générations de ce si vieux continent.

Il faudra de la patience. Cela prendra des années et des trésors d’ingéniosité pour reproduire les secrets des architectes du Moyen Age, puis de leurs successeurs. Tant mieux! Patience et conscience de l’histoire manquent trop, dans les débats actuels, pour ne pas saisir cette chance de les ressusciter.


Nos derniers articles sur l'incendie 

Explorez le contenu du dossier

Publicité