Qui veut encore devenir Suisse? À deux semaines des élections fédérales et alors que 2015 est une année riche en commémorations historiques (Morgarten, Marignan, Congrès de Vienne, fin de la Seconde guerre mondiale), Le Temps consacre un cahier spécial à l’identité suisse. Et quoi de mieux, pour tenter de la percer, que de s’intéresser avant tout à ceux qui se naturalisent. Et à leurs motivations.

La devise, provocante, du pavillon suisse de l’exposition de Séville, en 1992, résume finalement assez bien les choses. Pour l’artiste Ben Vautier, «la Suisse n’existe pas». Elle n’existe pas, car elle est plurielle, hétérogène par essence. L’identité nationale, qui repose sur des mythes fondateurs, n’est pas figée, elle est en construction perpétuelle.

La renforcer et la stimuler, alors que le terme de «nation suisse» est quasiment absent de notre vocabulaire, reste, bien sûr, un défi difficile à relever. Être patriote, c’est surtout être fier de son identité, même fragile, sans le vivre par opposition, contradiction ou frustration. Nous sommes finalement tous le nain de jardin de quelqu’un.

Le 18 octobre, certains seront tentés par le réflexe du repli, motivé par un sentiment d’insécurité ambiant. La peur, par exemple de flux migratoires qui deviendraient ingérables, pousse à ériger des barrières, ne serait-ce que morales. L’appartenance commune ne se construit pas de cette manière. Le patriotisme exacerbé peut conduire à des dérives.

La petite Suisse, îlot au coeur de l’Europe, a des valeurs à mettre en avant et à partager, grâce à ceux qui la composent. Sa tradition humanitaire et ses bons offices en font partie. Le pluralisme et la diversité sont les racines de la Suisse, et doivent le rester.

Les mythes sont fatigués, et comme le souligne l’ethnologue Pierre Centlivres dans une étude, les nouveaux Suisses semblent insensibles à l’"idylle des Alpes «et aux scènes archétypiques. Ils ont un rapport bien plus pragmatique au pays. Cultiver ce «vivre ensemble», voilà ce qui devrait devenir la sève de notre suissitude.

Le Temps publie des chroniques et des tribunes – ces dernières sont proposées à des personnalités ou sollicitées par elles. Qu’elles soient écrites par des membres de sa rédaction s’exprimant en leur nom propre ou par des personnes extérieures, ces opinions reflètent le point de vue de leurs autrices et auteurs. Elles ne représentent nullement la position du titre.