Digitale attitude

La nouvelle phobie des sonnettes d’entrée

Si la génération des «millennials» ne sonne jamais à la porte mais envoie un texto pour annoncer son arrivée, il existe maintenant des sonnettes intelligentes offrant la possibilité de communiquer avec son visiteur depuis une application de son smartphone

Le lancement de l’iPhone il y a 10 ans a révolutionné notre manière de communiquer et de fonctionner. Jamais auparavant un seul appareil n’en a remplacé autant d’autres. Nous n’avons plus besoin de réveille-matin, ni d’appareil photo, ni de lampe de poche, ni de machine à calculer, ni de montre, ni de GPS, ni de ligne fixe dans nos foyers.

Les smartphones ont changé nos habitudes de lecture, ainsi que la manière dont nous consommons la musique. Ils se substituent encore aux tickets de transport, aux cartes d’embarquement et au cash pour les paiements. La liste est encore longue des industries et services qui doivent se réinventer pour ne pas devenir obsolètes à l’ère du smartphone.

«Effrayés par les carillons»

Mais une autre habitude ancrée dans notre quotidien serait en train de changer à son tour. Celui de contrôler l’accès des visiteurs à son domicile. Ou, dit plus simplement: sonner à la porte. Selon un article étonnant paru dans le Wall Street Journal, la génération des millennials ne sonne jamais mais envoie un texto pour annoncer son arrivée. Ses représentants se disent «phobiques des sonorités» et, parmi les 11 000 d’entre eux interrogés dans un sondage, 54% sont «effrayés par les carillons».

De l’autre côté de la porte, ce n’est guère mieux. Lorsqu’une sonnette retentit, ils n’ouvrent pas forcément. Il ne peut s’agir que d’un inconnu qui dérange, par opposition à un ami qui se serait annoncé par SMS. Ce comportement a une incidence sur les entreprises de livraison, qui ont été obligées de s’adapter. UPS et FedEx, parmi d’autres, sonnent toujours mais ne s’attardent pas. Ils préviennent leurs clients par e-mail et texto lorsque le colis a été pris en charge, leur permettant ainsi de traquer ses déplacements pour estimer l’heure d’arrivée. Et, surtout, de donner l’autorisation de laisser le colis devant l’entrée.

L’écran, encore…

Mais une nouvelle vague de sonnettes intelligentes dotées de caméra pour la vidéosurveillance offre la possibilité de communiquer avec un visiteur depuis une application de son smartphone. Et l’une d’entre elles, Ring, décèle la présence d’une personne – avant même que celle-ci n’ait sonné – grâce à un détecteur de mouvements. De quoi séduire une génération qui préfère interagir par écran interposé plutôt qu’en personne.


Chronique précédente

A l’ère du numérique, les fautes d’orthographe ont-elles encore de l’importance?

Publicité