Par centaines de milliers, les jeunes catholiques ont afflué à Rome pour y célébrer leur foi et leur espoir. Ne pas croire cependant qu'un tel rassemblement de jeunesse échappe aux lois du genre: l'été, la beauté du lieu, la beauté des corps, leur force, leur nombre, leur mélange en font une rencontre d'amour qui transcende sans doute la foi particulière au nom de laquelle il a lieu. A leur façon, recueillie, religieuse, sérieuse, les Journées mondiales de la jeunesse de cette année 2000 sont une Love Parade, une Love Party, qui célèbre, comme les autres, comme les Love Parades laïques ou païennes, le bonheur de «l'être ensemble».

A l'instar de tous les grands rassemblements, celui de Rome est destiné à s'ancrer dans les mémoires des participants comme un moment fondateur, non seulement de foi mais d'humanité. Etre ensemble dans un grand concert («Je me souviens, j'y étais»), ou devant l'éclipse, ou devant le pape si l'on est croyant, est une expérience semblable. Y être quand on est jeune, quand on y rencontre d'autres jeunes parce que le rendez-vous le spécifie, ajoute certainement – puisque c'est le moment où l'on fonde sa vie – un supplément de sens.

Nous avons choisi, parmi toutes les images de cette manifestation, celles qui pouvaient dire ce sens-là.

Les Opinions publiées par Le Temps sont issues de personnalités qui s’expriment en leur nom propre. Elles ne représentent nullement la position du Temps.