L’été est là, et cette année il s’accompagne d’un vertige étrange, pas forcément agréable, comme une impression de ne pouvoir goûter pleinement à la belle saison. Hier, c’était encore l’hiver. Un virus rôdait, il a fini par arriver, il nous a confinés. Et voilà que l’été est donc là, comme si l'on avait été téléportés d’une saison à l’autre, tant les habituels repères qui rythment et jalonnent le printemps se sont pour ainsi dire évaporés.

Les institutions culturelles, on l’a dit et redit, ont vu leurs activités totalement bouleversées – et pour certaines, ce n’est malheureusement que le début. Un secteur comme celui de la musique live est, lui, totalement à l’arrêt ou presque. D’autres, heureusement, répondent présent pour assouvir un irrépressible besoin de nourriture intellectuelle et émotionnelle – car la culture parle autant au cerveau qu’aux tripes. Le Musée de l’Elysée, après avoir élaboré différents scenarii, a ainsi réussi à vernir cette semaine l’exposition reGeneration 4, dédiée à la jeune photographie internationale. Le travail de 35 artistes, dont quatre Suisses, y est montré.